Les Flammes de la Guerre

C'est une époque sombre et sanglante, une époque de démons et de sorcellerie, une époque de batailles et de mort. C'est la Fin des Temps.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Khaelor Harunis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Khaelor Harunis   Ven 15 Avr - 19:40

Tant qu'à ne rien faire, autant poster ici ce que j'écris sur le forum Skyrim.



Présentation :
- Khaelor Harunis
- Dunmer
- Mâle

- Origine : Khaelor Harunis est issu de l'élite dunmère acquise au pouvoir impérial. Ses parents, négociants affiliés à la Grande Maison Hlaalu, quittèrent Vvardenfell pour fonder un petit négoce sur la côte est de Skyrim, dans la région de Winthelm. C'est là que Khaelor fut élevé, dans le respect des traditions ancestrales des Dunmers, mais il reçut en parallèle une éducation impériale, lui ouvrant la possibilité d'accéder un jour à une fonction administrative.
Avec le déclin de l'Empire, cependant, se propagent à Skyrim les velléités indépendantistes, les derniers symboles de l'autorité impériale étant pris pour cibles. C'est ainsi que le père de Khaelor Harunis fut arrêté, accusé d'espionnage pour le compte de l'Empire, et le négoce familial confisqué - la haine ancestrale des Nordiques pour les Dunmers y trouvant, de plus, une excellente occasion de s'exprimer.
Peu de temps après l'arrestation, la mère de Khaelor fut prise à parti par des Nordiques fanatisés et battue à mort, bien que son fils tentât de la protéger, en vain. Les agresseurs disparurent, plus ou moins protégés par l'administration locale aussi hostile aux Elfes noirs qu'à l'Empire, et Khaelor fut emprisonné.
Khaelor Harunis est aujourd'hui libre, mais dépossédé de ses biens et privé de ses parents, le cœur empli d'une farouche rancune...

- Talents : Khaelor a reçu une éducation de base, et sait se servir - de façon assez primaire, certes - d'une épée et d'un bouclier, bien qu'il n'ait pas l'habitude de porter une armure. De par son éducation impériale, il a aussi été formé à l'art de la rhétorique et ne manque pas d'une certaine éloquence.

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Ven 15 Avr - 19:42

Première mission :

Tu te réveilles en sursaut, cette nuit encore ce cauchemar a hanté ta nuit. Tu revois ces nordiques responsables de l'assassinat de ta mère...
Les souvenirs se font vieux et distants, les traits des agresseurs se dissipent... mais un symbole reste gravé dans ta mémoire, un tatouage d'un dragon impérial sur l'avant bras de l'un des tueurs.
Désireux de te venger, tu traînes dans les bas quartiers de la ville à la recherche de renseignement qui permettront de retrouver cet homme et de te venger...
Tu finis par trouver quelqu'un, quelqu'un qui n'acceptera de t'aider qu'en échange d'une chose: une amulette magique cachée au fond de la grotte de Glacesang. La grotte est infestée par une tribu gobeline de petite taille.

Mission: retrouver l'amulette magique au fond de la grotte. Puisque c'est un objet magique, c'est probablement le chaman ou le chef de la tribu qui possède cet objet. Bonne chance...



------------------------------------------------------------------------------------

Khaelor marchait dans le froid, vêtu d'un manteau de fourrure miteux, lui qui avait toujours porté les habits de la meilleure facture. Le vent cinglant fouettait son visage, le faisant maudire ce pays...
Ah, Skyrim... Il avait de quoi en vouloir à ce pays, et à ses habitants. C'était sa seule patrie, la terre ancestrale de sa famille ayant disparu avec l'éruption qui avait rayé Vvardenfell de la carte. Il était jeune lors de la catastrophe, il n'y avait apporté que peu d'attention, même s'il avait senti l'infinie douleur de ses parents quand ils avaient appris la nouvelle. Lui était un fils de Skyrim, il s'en sentait fier. Mais il était dans l'erreur.
On lui avait bien fait comprendre qu'il n'était pas d'ici, qu'il n'était pas le bienvenu. Sa famille, qui avait choisi de rompre avec la traditionnelle xénophobie dunmère, avait fini par rencontrer exactement le même comportement de la part des Nordiques. Son père avait été arrêté parce qu'il représentait, aux yeux des habitants, un symbole de l'Empire honni, et il avait été exécuté. Sa mère avait connu le même sort, victime du racisme et du fanatisme.

Il se demandait encore si ce qu'il faisait était utile, si rechercher les meurtriers de sa mère avait un sens. Ce n'étaient pas des individus en particulier qui l'avait tuée ; sa mort n'avait été que l'expression de la haine d'un peuple entier. Sa vie elle-même avait-elle un sens, au milieu de ces gens qui le détestaient, privé de toutes ses racines ?
De sa main, il tenta de protéger ses yeux de la neige pour vérifier qu'il avait pris le bon chemin. L'homme de la taverne lui avait indiqué la route à suivre pour trouver la grotte de Glacesang, dans un encaissement entre deux contreforts rocheux. Malgré la tempête, il lui semblait qu'il était sur la bonne voie, et il reprit sa marche difficile contre le vent.
Oui, cela avait un sens... Les valeurs de Morrowind, l'honneur, le respect de ses ancêtres, tout cela donnait un sens à ses actes. Il se devait de laver la mémoire des siens, la laver dans le sang, puisque ce n'était pas l'Empire qui avait su les protéger. C'était une question d'honneur, il devait le faire, aussi inutile et futile que ce put être.

La tempête se calma un instant, l'épais rideau neigeux se dissipant, le vent lui-même soufflant avec moins de force. A quelques centaines de mètres, il pouvait apercevoir une ouverture sombre dans le flanc rocheux. Il touchait au but...

Khaelor poussa la porte de bois délabrée, s'enfonçant dans un boyau obscur. Mal à l'aise, il se munit du bouclier de bois qu'il avait attaché dans son dos, puis dégaina l'épée grossière qu'on lui avait fournie. Cet homme mystérieux lui avait seulement demandé une amulette, contre la promesse de l'aider. Il lui avait fait confiance, mais il ignorait pourquoi. Il ne connaissait rien de lui, pas même son origine - bréton ? Impérial ? Pas nordique, en tout cas. C'était déjà ça. Mais il pouvait très bien se moquer de lui, se servir de lui uniquement pour récupérer cet objet. Tant pis. Au point où il en était, ça ne lui importait même plus.
La garde de fer le rassura un peu, seul élément familier dans les ténèbres. Il progressait à tâtons, tentant de se repérer dans l'obscurité - quel idiot il était, il n'avait même pas pensé à se munir de torches... On ne s'improvisait pas aventurier.
Un piaillement aigu le fit sursauter. Continuant d'avancer, il vit le reflet dansant de la lumière d'une torche sur le mur, en même temps que l'odeur le prenait au nez. Putréfaction et viande grillée. Ces créatures répugnantes devaient festoyer de quelque rat rôti. Khaelor retint son souffle et s'approcha avec le plus de discrétion possible. S'il pouvait les surprendre, il gagnerait un avantage certain au moment du combat.
Il pouvait les voir, à présent. Ils étaient au moins cinq. L'un s'occupait de tourner la broche sur laquelle était empalée un morceau de viande d'origine douteuse. Deux autres dépeçaient une carcasse pourrissante à grands coups de hachoirs. Dans un recoin, ce qui devait être une femelle nourrissait un petit - l'infâme petite chose verdâtre tirait avec avidité les mamelles desséchées et pendantes. Et enfin, affalé dans une sorte de siège d'ossements, celui qui devait être leur chef, orné de parures de dents et de griffes.
Khaelor s'approcha à pas de loups... et se prit les pieds dans une fourrure sale étendue sur le sol. Il se releva en jurant, rouge de honte, dix yeux jaunes tournés vers lui avec surprise.
Dommage pour l'entrée discrète. Le Dunmer prit le parti d'une tactique plus directe, avant de laisser le temps aux gobelins de réagir. En hurlant, il se jeta sur le gobelin rôtisseur et l'embrocha sur sa lame. Les deux dépeceurs se relevèrent en brandissant leurs hachoirs avec un air de menace, et s'élancèrent en avant en grognant. Khaelor para l'attaque du premier de son bouclier, repoussant le deuxième d'un coup d'estoc maladroit. La pointe de fer vint se planter dans l'oeil vitreux de la créature qui lâcha son arme en gémissant et pressa ses mains contre son visage. L'elfe noir en profita pour assommer le deuxième gobelin d'un coup de bouclier, puis envoya sa tête voler d'un joli mouvement circulaire qui aurait fait sourire son maître d'armes.
Puis Khaelor se tourna vers leur chef, qui avait observé la scène toujours enfoncé dans son trône. Le gobelin se leva en se saisissant d'un morceau de bois grossièrement sculpté, puis le pointa vers le Dunmer. Celui-ci eut à peine le temps de comprendre... Instinctivement, il se protégea de son bouclier, et ressentit aussitôt la morsure intense du gel dans son bras. Baissant son bouclier, il vit que celui-ci avait été entièrement couvert d'une couche épaisse de glace par le sortilège du gobelin. Son bras gauche n'avait heureusement encaissé qu'une partie des dégâts du froid, mais il le sentait glacé et figé. En grimaçant de douleur, il desserra ses doigts gelés pour se défaire du bouclier devenu inutile.
La créature le regardait toujours de ses yeux jaunes, et ricana cruellement. Khaelor rugit et se jeta sur le monstre chétif qui osait se moquer de lui. Laissant tomber son épée, il saisit la gorge frêle de son poing ganté et resserra sa prise ; le gobelin grommela, se débattit, gargouilla, agité de spasmes de moins en moins vifs.... Quand Khaelor le lâcha, il ne bougeait plus. Il n'eut aucun mal à repérer l'amulette qu'il recherchait - la seule en métal au milieu des breloques crasseuses. Il l'arracha, la fourra dans sa besace et récupéra son épée ; il dédaigna par contre le bâton du mage, trop encombrant par rapport au bénéfice qu'il pouvait espérer en tirer.
Il se retourna, embrassant la petite caverne du regard. Le gobelin blessé continuait à gémir, et la femelle, terrifiée, se recroquevillait dans son coin. Il lui serait si simple de les tuer ; mais il n'en voyait pas l'intérêt. Il doutait que ces animaux primitifs fussent capables d'éprouver les plus simples des sentiments, mais il se sentait mieux à l'idée qu'il n'avait pas versé de sang inutile, bien que leur vie n'ait aucune valeur à ses yeux. Rangeant l'épée dans son fourreau, il ramassa son bouclier et quitta Glacesang. Il lui faudrait trouver un guérisseur pour son bras gauche ; après quoi, il pourrait retrouver l'inconnu de la taverne pour réclamer son dû. Pour la première fois depuis des mois, Khaelor avait l'impression de progresser...

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Ven 15 Avr - 19:44

Deuxième mission :

Après avoir retrouvé votre commanditaire, celui-ci vous raconte son histoire: Tornillius, mage bréton, était autrefois un aventurier. Il travaillait avec un nordique de nom de Karan Hautmont, un nordique à l'avant bras tatoué d'un dragon... Lors de leur dernière expédition, les deux hommes avaient découvert un coffre contenant une grande quantité de saphirs. Karan refusa de partager et vola à son ami son amulette, source de ses pouvoir...
Et grâce à vous, il a maintenant l'occasion de prendre sa revanche en même temps que la votre.
Le nordique vit maintenant dans les hauts quartiers de Whiterun et l'atteindre ne sera pas évident.
Il sort peu de chez lui, un grand manoir fortifié sur les hauteur de la cité. Parfois, on le voit se rendre avec son garde du corps (nordique avec une hache de bataille) à la taverne du "Phénix d'or". Il ne sort de la ville que pour chasser mais est accompagné alors de trois gardes du corps.

Mission: tuer Karan (Karan est un aventurier expérimenté, le tuer en combat loyal ne sera pas de ton niveau, tu dois donc trouver une façon originale de le vaincre)

------------------------------------------------------------------------------------


Whiterun... Par tous les daedras, quel chemin à parcourir depuis Windhelm !
Les révélations de Tornilius avaient laissé Khaelor pantois. Ainsi, l'un des responsables de la mort de sa mère était devenu riche et puissant. Comment cela était-il possible ? La scène était encore gravée dans sa mémoire...
Cela ne faisait que trois ans, mais cela aurait pu se dérouler dans une autre vie tant son existence en avait été bouleversée. Khaelor et sa mère ne sortaient que rarement de chez eux, depuis l'arrestation de son père et la confiscation de leur magasin. Il avait donc préféré l'accompagner lorsqu'elle était allée au marché de la ville.
Tout s'était accéléré soudainement... Trois hommes barbus et à la mine patibulaire s'étaient posté au milieu de son chemin alors qu'elle revenait, les bras chargés de victuailles, se moquant d'elle et l'injuriant. L'un d'entre eux, portant un tatouage de dragon, avait répandu sur le sol le contenu du panier de provisions. Muette, sa mère s'était penchée pour le ramasser, quand l'un des Nordiques lui avait décoché un violent coup de botte en riant. Khaelor s'était jeté en avant pour lui porter secours, mais le Nordique n'avait eu aucun mal à le maîtriser, pendant que ses deux complices rouaient de coups sa mère, toujours étendue sur le sol. Dans un ultime effort, il s'était dégagé pour s'interposer...
Quand il s'était réveillé, il était trop tard. Lui n'avait été qu'assommé, mais le corps de sa mère gisait dans une flaque de sang. Il avait aussitôt été arrêté par la milice locale pour "troubles à l'ordre public", et jeté au fond d'une geôle d'où, pendant trois ans, il s'était battu pour avoir droit à un procès équitable, en tant que citoyen de l'Empire... Il avait fini par être relâché, ou plus exactement, jeté sur les routes vêtu de loques et muni pour seul bagage d'un baluchon misérable. Les meurtriers n'avaient même pas été inquiétés, il le savait. Tel était donc le sens du mot justice à Skyrim.

Comment l'un de ces hommes avait-il pu connaître une ascension sociale aussi fulgurante en si peu de temps ? L'homme tatoué n'avait pas l'air différent des autres, tous les trois étaient à peine des barbares, de rudes guerriers vêtus de peaux et avinés. Mais peut-être Khaelor s'était-il trompé à leur sujet. Peut-être tout cela n'avait-il pas été une coïncidence, une rencontre malheureuse comme il l'avait toujours cru. Aurait-ce pu être quelque chose d'autre que la simple manifestation d'une haine séculaire ?


Le voyage jusqu'à Whiterun - à pied - dura trois jours, lui laissant tout le temps de réfléchir. Quel aurait été l'intérêt de ces hommes, qu'est-ce qui aurait pu les pousser à assassiner une femme déjà privée de tout ? Comment cela aurait-il pu leur profiter ? Khaelor ressassait inlassablement les évènements, tentant d'en percer le mystère, mais en vain. Trop d'éléments étaient encore manquants.

La silhouette de Whiterun se découpait sur l'horizon, colline verte tranchant sur le blanc des neiges éternelles dans le lointain. La vallée bénéficiait d'un climat exceptionnellement doux pour Skyrim, et l'herbe grasse jouissait des nombreux cours d'eau qui irriguaient la plaine. Khaelor Harunis leva le regard vers les pinacles de la cité. Dans l'un de ces manoirs, Karan Hautmont vivait une vie paisible, se croyant peut-être en toute impunité. Mais il allait lui montrer à quel point il se trompait.

Tornilius n'avait pas menti. A l'endroit précis que lui avait indiqué le mage bréton, il avait trouvé une imposante demeure ; et quelques questions aux marchands de Whiterun avait suffi à lui confirmer qu'un noble du nom de Karan Hautmont y avait effectivement élu domicile depuis deux ans, bien qu'il sorte rarement de chez lui, et toujours accompagné. Le mage ne l'avait pas trompé : il serait dur de tuer Karan avec la présence de ses gardes du corps. Il lui faudrait un plan ; mais pour cela, il devait avant tout en savoir le plus possible sur sa cible. Il allait donc devoir entamer une longue surveillance...


Une semaine. Cela faisait une semaine qu'il épiait le manoir de Karan Hautmont, sans résultats probants pour le moment. Khaelor avait dû se faire embaucher comme assistant par un forgeron afin de ne pas trop attirer l'attention ; mais dès qu'il en avait l'occasion, il s'éclipsait discrètement de la forge pour reprendre sa filature.
C'en était presque désespérant. En sept jours, Karan n'était sorti de chez lui qu'une seule fois, escorté de trois gardes du corps, pour aller chasser dans la vallée. Dissimulé derrière le coin d'une maison, Khaelor continuait pourtant à observer.
Un homme richement vêtu, portant un épais manteau de fourrures blanches à fermoir doré, gravissait la colline de Whiterun juché sur un cheval noir. L'elfe noir le regarda passer ; mais, à sa grande surprise, l'homme s'arrêta devant le manoir, descendit de cheval, récupéra un sac accroché à la selle et frappa à la porte de bois sculpté. Khaelor vit la porte s'ouvrir, puis l'homme entrer. Intrigué, il se faufila derrière la demeure de Karan, et se plaça près de la fenêtre.
Il put voir le marchand qui venait d'entrer, et là, à seulement quelques mètres de lui.... Le coeur battant, le Dunmer reconnut l'homme au tatouage. Karan Hautmont avait bien changé depuis la première fois qu'il l'avait vu, et portait les vêtements d'un riche seigneur. Pourtant, aucun doute n'était possible, et le dragon rouge visible sur son bras nu suffisait à lui prouver son identité.
"Seigneur Hautmont."
Le marchand s'inclina.
"Comme prévu, voici la part mensuelle des bénéfices du Négoce de la Plaine Grise.
- Par pitié, gronda Karan, cessez d'utiliser ce nom ! Ce serait à croire qu'il n'a toujours pas changé de propriétaire... Ce magasin a un nom de chez nous, maintenant."
Khaelor n'en croyait pas ses oreilles. Le Négoce de la Plaine Grise, à Windhelm. Le magasin des Harunis.... Cet homme... cette ordure se l'était approprié !
"- Veuillez m'excuser, seigneur. Ce n'est qu'une mauvaise habitude, mais heureusement que le Conseil de Windhelm était là pour en permettre la réappropriation... Skyrim aux Nordiques, n'est-ce pas ?
- Par les dieux, oui !, tonitrua Karan. Moins nous aurons de ces racailles d'elfes noirs sur nos terres, et mieux nous nous porterons. Ha ! Chaque jour qui passe, je me félicite d'avantage qu'on ait expédié les deux oreilles-pointues chez leurs ancêtres.
- Un plan sans faille, seigneur, sourit le marchand. Les accusations d'espionnage ont toujours un franc succès. Et qui se soucieraient de la mort tragique d'une elfe noire sur la place du marché, surtout avec l'appui du Conseil ?
- C'est que cette garce au teint gris aurait bien pu nous être une sacrée épine dans le pied, pour peu quelle aille geindre auprès des Impériaux !"
Khaelor sentit sa vision se brouiller, un voile rouge obscurcir sa vue, sa raison. Ce... ce bâtard nordique avait tué sa mère ! Pour de l'argent ! De l'argent ! Ce chien osait en parler, la salir encore de ses mots, après avoir souillé son honneur.... Il allait le payer, oui, très chèrement...


La nuit était du noir le plus complet, les deux lunes comme éteintes. Les étoiles n'en brillaient qu'avec plus de vigueur, mais leur lueur ne parvenait pas à éclairer la terre. La nuit parfaite pour un assassinat dans les règles de l'art.
Khaelor connaissait les règles de l'honneur de la Morag Tong, et il allait offrir à Karan Hautmont une mort selon les traditions de Morrowind.
Le Dunmer, vêtu de noir, escaladait la façade du manoir. Il n'avait ni épée, ni bouclier ; seulement une dague d'acier, qu'il avait récupérée dans l'arrière-boutique de la forge. Il la remettrait en place le lendemain, puis disparaîtrait. Avant qu'on le retrouve...
Khaelor s'agrippa au rebord d'une corniche et se hissa jusqu'à la fenêtre. Avec précaution, il introduisit la lame de sa dague entre les deux battants, et fit sauter le verrou qui maintenait la fenêtre close. Silencieusement, il s'introduisit dans la chambre. La poitrine du Nordique se soulevait régulièrement. Il était animé d'un sommeil sans remords, sans scrupules. L'acier scintilla faiblement sous le reflet des étoiles, semblant figé en un long instant d'éternité. Puis la lame plongea dans la gorge. Le sang noir bouillonna, cracha, sortit en gargouillant. Deux yeux s'ouvrirent pour devenir vitreux, tandis que le sang continuait de jaillir en un flot violent.
"Pour mon père", siffla Khaelor.
La lame plongea une deuxième fois. Le torse du Nordique sursauta, un râle silencieux franchit les lèvres mais se mua en une expectoration écarlate.
"Pour ma mère."
Khaelor regarda les lèvres trembloter, s'agitant en vain, finissant par s'immobiliser. Son honneur était lavé. Karan Hautmont avait payé.

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Ven 15 Avr - 19:46

Troisième mission :

Gain: Alors que tu rapportes la dague à l'armurie, tu remarques une lame magnifique sur une table. Elle ne semble pas être magique mais est d'excellente facture. Il s'agit d'une épée longue dwemer. Puisque le forgeron n'aura plus jamais l'occasion de te payer pour ton travail à la forge, tu décides de te l'approprier...

Cela fait maintenant trois jours que tu t'es enfui de Whiterun.
Pour la première fois depuis longtemps, tes nuits n'ont pas été peuplées de cauchemars...
Alors tu traverses un hameau perdu dans les plaines glacées de Skyrim, tu aperçois qu'une elfe noire se fait agresser par deux nordiques. Et les deux hommes portent un tatouage d'un dragon sur le bras...
Après avoir parlé à l'elfe ( tu peux la sauver ou attendre que les nordiques aient fini de se défouler), tu apprends que ces hommes feraient partie d'une organisation xénophobe ayant pour but de débarrasser Skyrim des Dunmers...
Cette organisation serait appuyée et commanditée par de riches seigneurs de Skyrim.
Karan n'était peut être pas le cerveau de l'assassinat de ta mère...

Mission: enquête sur ce que tu viens d'apprendre.


------------------------------------------------------------------------------------


Khaelor marchait dans la brume matinale, le regard perdu dans le lointain. Où allait-il ? Il l'ignorait, et peu lui importait.
Karan était mort, et ses parents étaient vengés ; mais son existence se retrouvait du même coup privée de son seul but. Alors, pour tromper ce vide, Khaelor avançait, sans but, à travers les plaines gelées et les passes rocailleuses, comme pour se convaincre qu'il avait un endroit où se rendre...

Le Dunmer frissonna. Ses lèvres bleuies tremblotaient, le froid s'infiltrait sinueusement sous les peaux de bêtes mitées, engourdissait ses pieds, ses jambes, remontaient dans ses bras et ses cuisses. L'inutile épée était accrochée dans son paquetage ; ce n'était pas le contact du métal glacé qui allait le réchauffer.
Les pas se faisaient lents, pesants. Il n'avait rien mangé depuis trois jours. Poser le pied sur le sol lui devenait de plus en plus douloureux.
Khaelor trébucha contre une aspérité rocheuse qui saillait sous la neige, et s'effondra de tout son long. Il ne tenta même pas de se relever. A quoi bon ? Plus rien n'avait de sens, de toute façon. Personne ne l'attendait. Il lui suffisait de se laisser mourir, de laisser le froid gagner ses membres, le paralyser doucement, embrumer son esprit jusqu'à lui accorder un éternel repos. Ses paupières déjà se faisaient lourdes...

Le cri retentit, pur et terrible, déchirant la brume. Un cri de détresse et de désespoir.
Khaelor rouvrit les yeux. N'était-ce pas... n'était-ce pas un signe ?
Engourdi, il se releva avec difficulté. Le brouillard avait commencé à se dissiper, et les rayons du soleil faisaient scintiller le blanc manteau neigeux. Mais aucun endroit d'où le cri aurait pu provenir.
Avait-il rêvé ?
Khaelor acheva de se mettre debout. Ses habits étaient trempés, mais la chaleur solaire faisait déjà son effet. En contrebas, les cheminées de quelques chaumières fumaient.

Le cri retentit de nouveau, douloureusement déchirant. Il semblait bien provenir du hameau. Comme revivifié, Khaelor abandonna son paquetage sur le sol et s'élança, épée au poing.


Rayna aurait voulu hurler une nouvelle fois, mais l'homme plaqua sa main sur sa bouche. De toute façon, qui l'entendrait ? Des rares habitants des environs, personne ne se porterait à son secours. Ils étaient trop lâches, oui ; et le sort d'une elfe noire était bien le dernier de leur souci.
L'homme approcha son visage, jusqu'à ce qu'elle puisse en sentir l'haleine alcoolisée. Le barbare avait dû abuser de l'hydromel... Il la tenait néanmoins fermement serrée contre le mur, et de sa main libre, commença à caresser les longs cheveux noirs. Son acolyte qui montait la garde en retrait éclata d'un rire gras devant le regard affolé de la Dunmer.


Ils étaient deux. Khaelor pouvait voir leurs chevelures blondes tressées, leurs tatouages de Nordiques... et le dragon. Le dragon rouge sur leur bras. Et la jeune femme, accolée au mur, son corps frêle dominé par la carrure imposante de l'homme qui la maintenait plaquée.


"Allez, petite sauvage, sois sage et montre-nous tes cuisses..."
Rayna vit l'homme lui sourire, ce qui lui provoqua un haut-le-cœur. Elle sentait la main rude lui caresser le cou, le dos, descendre sous ses vêtements...

"Ordures ! Chiens ! Bâtards du Nord ! Fetcher ! S'wit ! Venez vous battre, oui, venez donc !"
Khaelor dévalait la pente en hurlant, brûlant de rage. L'homme qui se tenait en arrière, inquiet, fit mine à son compagnon de se retourner. Les deux Nordiques se jetèrent un coup d’œil, puis détalèrent.

"Je... vous... vous n'avez rien ?"
Khaelor s'était appuyé contre le mur pour reprendre son souffle. La jeune femme, elle, s'était laissée glisser sur le sol.
"Vous... je... quel est votre nom ?
- Rayna... Hllalec."
Elle éclata en larmes, en longs sanglots pour exorciser l'horreur qu'elle venait de vivre.
Khaelor se pencha maladroitement vers elle pour essayer de la réconforter. Il blottit la tête de Rayna contre son épaule et attendit qu'elle calme ses pleurs.
"Ils ne reviendront plus", lui chuchota-t'il. "Ni eux ni aucun autre. Je vous en fais la promesse."
Elle tourna vers lui ses yeux rouges embués de larmes :
"Ces chiens... ils me le paieront, oui !"
Elle pleura de nouveau, de rage, de détresse, de haine trop longtemps accumulées.
"Sur l'honneur de Morrowind, je me vengerai", dit-elle en séchant ses pleurs. "Je... je vous remercie. Je ne sais pas ce que je serai devenue sans vous.
- Les dieux voulaient que nous nous rencontrions, Rayna Hllalec. Azura doit vous avoir en sa faveur... Je suis Khaelor Harunis.
- Et bien, merci, Khaelor Harunis. Oui, les dieux ont dû vous mettre sur mon chemin, ou le contraire. Qui aurait cru que je serais sauvée par un homme de mon peuple ? Nous sommes tous deux si loin de chez nous.
- Et nous ne sommes pas bienvenus."
Un moment de silence gêné s'ensuivit.
"- Rayna, j'aurais voulu savoir qui... qui étaient ces hommes.
- Vous avez vu le dragon, n'est-ce pas ?
- Je... oui. Et je pense que ce n'est pas une coïncidence.
- Que voulez-vous dire, Khaelor ?
- L'homme qui a tué ma mère portait le même tatouage.
- Oh... je suis désolée.
- Mes parents ont été vengés. Mais si vous savez quelque chose sur ce dragon, s'il vous plaît, faites m'en part.
- Ce sont les hommes du Dragon Rouge. Original, n'est-ce pas ? Ils portent un tatouage de dragon rouge, et se sont donc donnés le nom d'Organisation du Dragon Rouge. Abrutis de Nordiques... Ces barbares ne rêvent que de débarrasser Skyrim de l'Empire, et si par là-même ils peuvent molester quelques Dunmers, ils ne s'en priveront pas. Ils sont brutaux et bestiaux. De purs Nordiques, en somme. Leurs maîtres, eux, se terrent dans leurs demeures pour mieux préparer leurs complots... Tous des lâches, oui, des lâches et des animaux.
- Comment en savez-vous autant ?"
Rayna baissa le regard.
"- J'avais été chargée de les surveiller et de me renseigner à leur sujet. Maintenant que je suis découverte, ma mission a échoué...
- Chargée ? Par qui ?
- Je suis désolée, Khaelor Harunis, mais je ne peux vous en dire plus. Je vous remercie pour votre aide."
La jeune femme se releva.
"Encore merci, Khaelor Harunis, mais nos chemins se séparent ici. Azura veillera peut-être à ce que nous nous rencontrions de nouveau."
Elle s'éloigna, le laissant seul. Seul, de nouveau. Mais avec un nouveau but.
Khaelor quitta le village peu après, dans la direction opposée de celle qu'avait prise Rayna. Il laissait les dieux décider de l'heure de leur prochaine rencontre...

Quelques volets s'ouvrirent timidement.
"- Hamvir, t'as vu ça ? J't'avais bien dit qu'ils étaient partis...
- Greidil, arrête de regarder par la fenêtre", grogna Hamvir en retour. "Partis ou pas partis, ça fait gagner que des ennuis de jouer à la commère.
- N'empêche que quelqu'un l'a sauvée. Pauv' petite, elle a eu de la chance.
- En même temps, c'était qu'une elfe noire..."
Furieuse, Greidil se tourna vers son époux.
"- Essaye pas de te justifier, Hamvir Œil-de-loup ! T'as pas plus de courage que ces deux-là qui s'y sont mis à deux pour affronter une fille !"
Hamvir grommela, et Greidil retourna à la fenêtre.
"Peut-être que moi aussi, je serai sauvée un jour par un beau jeune homme... N'empêche que j'suis rudement contente qu'il ait donné une leçon à ces gars du Dragon Rouge. Y s'croient tout permis, ceux-là.
- Cherche pas les ennuis, et les ennuis te trouveront pas, comme j'dis. Referme les volets maintenant, Greidil."

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Ven 15 Avr - 19:51

Quatrième mission :

Récompense: Il semblait évident que cette femme n'en dirait pas plus. Alors qu'elle s'éloignait, tu remarquas une amulette dans la neige. Un des nordiques l'avait probablement fait tomber durant sa fuite. Grâce à quelque vague notion des runes, tu ne tarda pas à comprendre que cette amulette offre une protection à la magie...
Le dragon rouge? C'était donc cela qui t'avait ôté ta mère? Une organisation anti-impériale et qui ne tue les dunmers que pour leur plaisir. Tu te diriges vers l'auberge, la rage coule dans tes veines. La vengeance aussi...
Tu poses quelques question autour de toi, il apparaît bien vite que les gens ont peur du dragon rouge et qu'ils ne parleront pas. Alors que tu quittes l'auberge, un vieil argonien du nom de Blanchécaille prétend avoir des renseignements. Il accepte de t'en dire plus à une condition. La tombe de sa femme a été profanée par un nécromancien. L'homme se cache dans la grotte des mouches, au nord du village. L'argonien te tend une lame en argent et te demande de tout faire pour que sa femme trouve enfin la paix...

Mission: Tuer le nécromancien ainsi que le spectre de la femme de Blanchécaille.


------------------------------------------------------------------------------------


Khaelor observa un instant le visage de l'Argonien albinos. Il était difficile de donner un âge à une créature écailleuse, mais le Dunmer sentait qu'il était vieux, vieux et usé par la vie. Ce n'était guère étonnant d'ailleurs ; quelle idée pour une créature à sang froid de venir s'installer dans une région aussi glaciale... Mais c'était le seul interlocuteur qui avait accepté de lui répondre dans tout le village de Pargran.
"- Si j'ai bien compris, reprit Khaelor, vous voulez que je permette à votre femme de trouver le repos avant de me dévoiler ce que j'ai besoin de savoir ?
- C'est sssssela, oui", siffla le lézard.
"- Dites-moi, c'est une habitude locale, de monnayer de la sorte les renseignements ?
- Si vous n'êtes pas intéresssssé...", fit froidement Blanchécaille en se levant de sa chaise.
"- Attendez. Je vous aiderai, oui. J'accepte votre marché. Mais je veux savoir où se trouve celui qui a profané la tombe.
- Ce sssale nécromancien se cache dans une grotte, un peu au nord d'isssi, pas très loin de Laintar Dale. La grotte aux mouches, qu'on l'appelle.
- Très bien, Blanchécaille. Je viendrai vous retrouver ici quand j'en aurai terminé."
Khaelor se saisit de la dague d'argent et se leva, puis se dirigea vers la porte de la taverne.
"Mersssi. Vous n'êtes pas comme ce qu'on dit sur les elfes noirs."

La grotte aux mouches. Un nom enchanteur pour un endroit certainement bucolique. Quel joyeuse idée de promenade pour un après-midi ensoleillé ! De toute façon, il n'avait pas grand chose d'autre à faire. L'Argonien tenait sans doute une piste ; il avait vu de la sagacité et de la ruse dans les yeux jaunes. Lui non plus ne devait pas être le bienvenu parmi les Nordiques ; mais son sort ne pouvait pas être pire que ce qu'il aurait connu à Morrowind. L'esclavage y avait été, semblait-il, aboli, notamment grâce aux actions des Lanternes Jumelles ; mais le racisme et le mépris des Dunmers pour les "races inférieures" demeurait vivace.
Lui n'avait pas été élevé dans cette tradition. Ses parents étaient plus ouverts d'esprit que la plupart de leurs concitoyens, de par leur rapprochement avec la puissance et la culture impériale ; et puis, les Khajits comme les Argoniens étaient rares à Skyrim.
Il avait dit à Blanchécaille qu'il l'aiderait, et il allait l'aider. Khaelor avait de toute façon une répulsion naturelle pour la nécromancie, comme tout bon Dunmer, et il allait faire payer à cet homme le prix de ses expériences contre-nature.


Hum. Délicieux spectacle. L'hôte des lieux avait décidément un goût exquis en matière de décoration, et avait jugé bon de planter de part et d'autre de la porte de son antre deux pics ornés de divers restes humains, en putréfaction et couverts de mouches. Charmant, oui. Au moins pouvait-il être sûr de se trouver au bon endroit. Khaelor renifla avec dégoût. Si l'odeur était déjà désagréable à ce point alors qu'il se trouvait encore à l'air libre, il n'osait imaginer le résultat une fois à l'intérieur. Il inspira une grande bouffée d'air, dégaina son épée dwemer et pénétra dans la grotte.

Oui, effectivement, l'odeur de l'extérieur n'était qu'un avant-goût assez faible de la pestilence qui régnait à l'intérieur. La grotte était en réalité un tertre, comme Khaelor put le constater en voyant les niches aménagées dans les murs, et les sarcophages éventrés. Khaelor frissonna à l'idée du blasphème que cela représentait... A Morrowind, le culte des ancêtres était sacré, les tombeaux gardés avec le plus grand soin et le plus grand respect. Quelle abomination que la nécromancie...
Le résident du tertre avait d'ailleurs fait preuve de son mauvais goût jusque dans les moindres détails. Pas une alcôve sans un crâne et des bougies noires, pas un mur qui n'ait été recouvert de diagrammes sanglants... Et l'odeur, toujours l'odeur. De pire en pire, à vrai dire. Plus Khaelor progressait dans les couloirs hors d'âge, et plus cela lui devenait insupportable. Les mouches elles-même semblaient avoir fui devant pareille agression olfactive.
Le Dunmer déboucha enfin dans une grande salle circulaire baignée dans l'ombre. Au centre, éclairé par des candélabres, se trouvait un imposant sarcophage de pierre ; peut-être la tombe d'un seigneur des temps anciens. Le couvercle semblait ployer sous les parchemins et les ingrédients alchimiques peu ragoûtants. Mais pas de trace du nécromancien lui-même. Prudent, Khaelor attendit avant d'avancer.

"Oui, oui, ça devrait marcher !"
La voix surgit, éraillée mais forte, résonnant sous le dôme antique. Sortant d'un recoin sombre, l'homme apparut, maigre, pâle, âgé, dans les loques de ce qui avait dû être une robe noire. Khaelor se terra derrière un pilier. Il semblait ne pas avoir été repéré ; du moins, le nécromancien ne montra pas qu'il l'avait vu, et se précipita vers sa "table de travail", en fredonnant et en sautillant comme un enfant, ses longs membres osseux emportés dans une sarabande grotesque.
"Oui, oui, comme ça", se murmura-t'il à lui-même en pressant un cœur au dessus d'un bol pour en extraire le sang. Puis, toujours en fredonnant, il se mit à quatre pattes sur le sol et entreprit de tracer des symboles ésotériques en trempant son doigt dans le liquide écarlate. Il fut agité d'un ricanement :
"Oui, oui, haha ! C'est comme ça, haha !"
Khaelor regarda l'homme agir, abasourdi. Il ne pouvait être que complètement fou, fou à lier, même.
Le nécromancien se releva pour admirer son œuvre, et minauda d'une voix chevrotante en se tenant les mains :
"Oh, comme c'est beau, comme c'est beau !"
Le ricanement reprit de plus belle. Le vieillard broya des herbes dans son mortier, pila avec entrain des os à coup de masse, disposa des bougies sur le sol, comme entraîné par un mystérieux élan de folie créatrice, tout en poursuivant ses sautillements grotesques et son fredonnement joyeux.
"Haaa, Torhj mon grand, regarde comme c'est joli ! Oui, oui, c'est fini ! Ca n'a pas été facile, non, non, non. Mais on l'a fait, oui ! Hihihihi !"

Khaelor se résolut enfin à sortir de sa cachette, l'épée au poing.
"Oh, mais qu'est-ce que c'est que ça ? De la visiiite ? Bienvenue monseigneur, bienvenue !", fit le vieillard en esquissant une ridicule révérence. "Bienvenue chez Torhj et ses amis ! Quel teint de peau vous avez, monseigneur ! Vous ferez un très beau cadavre, oui, oui, très beau ! Vous tombez bien, Tohrj vient de finir son travail, et il va vous le montrer."
Il mit ses mains en porte-voix et cria :
"Meeh-Mei, vieille fripouille à écaille ! Ne fais pas ta timide et vient dire bonjour !"
Khaelor vit alors avec horreur s'élever une forme blanche du cercle dessiné sur le sol. Pâle, fantomatique, la silhouette d'un Argonien se dressa... Non, pas d'un Argonien. D'une Argonienne. L'épouse de Blanchécaille, que le dément avait rappelée d'entre les morts.
"Sois polie, Meeh-Mei !", ordonna-t'il d'un ton guilleret. "Allez, vas donc tuer notre nouvel ami !"
Le spectre s'avança, flottant quelques centimètres au dessus du sol. Khaelor le trancha en deux de son épée dwemer, mais le métal doré se contenta de traverser le corps transparent sans paraître l'affecter. Le Dunmer pesta, se maudissant lui-même. Il savait pourtant qu'il ne pouvait blesser un fantôme qu'avec une arme en argent. En reculant d'un bond, il sortit la dague que lui avait fournie Blanchécaille. Le spectre de la femme continuait d'avancer lentement. Le Dunmer planta la lame d'argent à l'emplacement supposé du cœur, et sentit la lame s'enfoncer dans les tissus spectraux. L'Argonienne n'esquissa aucun geste pour se défendre, et le fantôme se dissipa en volutes de fumée grise. Comme un murmure lointain, Khaelor put deviner un "Mersssi...."

Le nécromancien fronça les sourcils et roula des yeux fous dans ses orbites creuses.
"Non, non ! Ca ne devait pas se passer comme ça !", proféra-t'il, courroucé.
Il se saisit d'un coutelas rituel sur la table et s'élança vers le Dunmer, qui eut tout juste le réflexe de lever son bras gauche pour se protéger. La lame s'enfonça profondément dans la chair ; l'homme était d'une force étonnante vu son âge et sa maigreur, et il susurra d'un ton joyeux :
"Oui, aspire, aspire son âme !"
Khaelor sentit le froid le gagner ; mais, contre son cou, l'amulette runique se mit à chauffer et repoussa le maléfice.
Avec un hurlement de douleur, le Dunmer se dégagea et dégaina son épée, laissant tomber sur le sol poussiéreux sa dague d'argent.
"Mais, mais...", balbutia le vieillard, surpris. "Ca marchait, d'habitude, oui, ça a toujours marché ! Alors pourquoi ?..."
Sans plus attendre, Khaelor le frappa de toute ses forces de son épée. La lame déchira le bras et entailla les côtes. Le nécromancien se laissa tomber à genoux en hurlant. L'elfe noir le fit basculer en arrière d'un violent coup de pied au visage et l'acheva en enfonçant la pointe dans le sternum. L'épée s'enfonça dans un craquement sinistre, et le vieillard cessa de hurler.
Haletant, Khaelor retira son épée puis se laissa à son tour tomber sur le sol. Son bras avait été profondément blessé et il saignait abondamment sous le manteau de fourrures ; la perte de sang lui faisait tourner la tête, et la pestilence du lieu n'arrangeait rien. La prochaine fois, il demanderait une armure, songea-t'il avec ironie en sentant son regard se voiler et son esprit s'embrumer.
Non, ce n'était pas le moment de se laisser aller, se reprit-il. S'il s'endormait ici, il risquait de ne plus jamais se relever. Khaelor s'efforça de clarifier son esprit ; il récupéra la dague d'argent, rangea l'épée ensanglantée dans son fourreau, et entreprit de se diriger vers la sortie, en titubant et en s'appuyant aux murs, sans accorder un regard au corps figé dans une pose monstrueusement grotesque.

Dans un dernier effort, Khaelor poussa la porte et s'effondra sur le sol, respirant avec délice l'air du soir. Quelle douce caresse que l'odeur des pins, après la puanteur du tertre ! Le Dunmer inspira profondément, pour chasser à la fois l'odeur et le souvenir du nécromancien. Le soleil se couchait derrière les montagnes de Jerall, et, regardant le ciel se teinter de rose et d'orangé, Khaelor se dit que la vie valait parfois la peine d'être vécue.

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albericus
Vas Ektomy
avatar

Messages : 2527
Date d'inscription : 05/03/2009
Age : 26
Localisation : Marienburg

Feuille de personnage
Nom: Aro Minel/ Ifraelle Alenör
Race/Faction: Troupier de Choc Impérial/ Ex-Banshee
Détails: Détenteur du titre préstigieux entre tous de MTC.

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Sam 16 Avr - 22:51

De toute façon, un groupe nommé les "Dragons Rouges" a trop la classe pour qu'un Dunmer inférieur n'ai la moindre chance de le jeter à bas. Un Altmer à la rigueur, mais là....

Cela étant dit, j'ai bien aimé te lire, et j'ai même été tenté de me joindre à vous en tant qu'Ulrich Blancmarteau, Vampire nordique et noble de surcroît...J'ai une bonne raison de ne pas le faire maintenant

_________________
"TEA TIME !!!"

-Cri de guerre Druchii, visant à plonger les Haut-elfes dans la confusion alors que la moitié de leurs troupes s'en vont chercher des tasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albericus
Vas Ektomy
avatar

Messages : 2527
Date d'inscription : 05/03/2009
Age : 26
Localisation : Marienburg

Feuille de personnage
Nom: Aro Minel/ Ifraelle Alenör
Race/Faction: Troupier de Choc Impérial/ Ex-Banshee
Détails: Détenteur du titre préstigieux entre tous de MTC.

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Dim 17 Avr - 10:14

En effet, ça fait peur...
Mais bon, ils ne sont pas tous comme ça quand même, si ?

J'aimais bien tes argoniens. Ils me faisaient penser à Sméagol.


Quand au vampire noble, ça va de pair
Et puis bon, je me serait limité, d'une façon ou d'une autre. Genre, il n'aurait pas su par quel bout tenir une dague. Une épée, n'en parlons même pas.

_________________
"TEA TIME !!!"

-Cri de guerre Druchii, visant à plonger les Haut-elfes dans la confusion alors que la moitié de leurs troupes s'en vont chercher des tasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantasque
Doktor
avatar

Messages : 8411
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : Qu'est-ce que j'suis censé en savoir ?

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Dim 17 Avr - 12:14

Pense congénital et sophistiqué. Une otocéphalie ? Une dysraphie ? Une anencéphalie ? Une anrhinencéphalie ? Une holoprosencéphalie alobaire ? Ou lobaire ? Un mégacôlon congénital ? C'est très gênant, ça.
J'ai des photos.

J'aimais bien tes argoniens, ils me faisaient penser à des argoniens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roleplay.forumactif.org
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Mar 26 Avr - 21:37

Oui, bon, je suis faible. Mais c'est la dernière fois qu'on m'y reprend.
Ca y est, ma dernière mission est enfin remplie. Le doute planant sur le sort de mon héros à la fin du texte, j'en ai profité pour dire au revoir. Les boulets se sont multipliés à vue d'oeil, et les (très) rares qui n'écrivaient que moyennement mal ont tous disparu. J'ai donc abandonné l'idée de remonter le niveau à moi tout seul. Ils ne me méritent pas, voilà tout.

Par contre, je me rend compte que "Khaelor Harunis", ça ne fait pas dunmer pour deux sous. Si je refais une mini-fic un jour, faudra que je me trouve un patronyme digne de ce nom. Parce que Khaelor, j'aime bien, mais j'avais trouvé ça quand je ne connaissais rien aux TES, et à fortiori rien à Morrowind.

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Mar 26 Avr - 21:40

Cinquième mission

Tu te réveilles dans un lit chaud et douillet, un univers de douceur et de confort après ce que tu as vécu. Alors que tu t'éveilles d'un songe fiévreux, deux yeux rouges t'observent.
Rayna Hllalec est à tes cotés. A l'évidence c'est elle qui t'a sauvé. Elle avoue t'avoir suivi quand elle t'a vu partir du village, elle avait peur que les nordiques ne reviennent se venger.
En la remerciant, tu quittes sa maison pour te rendre chez Blanchécaille. Arrivé chez le vieux lézard, tu retrouves son cadavre avec une notes "à 9h, demain, fort Oultaarh."

Mission: te rendre au rdv et en apprendre plus sur l'assassinat de l'argonien.



------------------------------------------------------------------------------------




L'univers était noir, plongé dans des ténèbres sans fond. Khaelor marchait sur le sentier de l'invisible, surplombant un abîme sans âge. Ses pieds nus glissaient dans le liquide chaud, se levaient dans un bruit de succion, comme si le sol répugnait à les laisser partir, pour mieux les aspirer lorsqu'ils se posaient à nouveau. Comme un écho, le son d'une goutte s'écrasant se répétait encore et encore...
Khaelor regarda ses jambes. Elles étaient rouges, rouges de sang. Il se sentit s'enfoncer, pétrifié, englouti par le magma poisseux ; puis déferla la vague carmin, dans un silence de mort, et tout fut fini.


Khaelor ouvrit les yeux en sursaut. Tout se dissipa aussitôt - ou plutôt, rien n'avait existé. Il était allongé. Sous une couverture. Dans un lieu qu'il ne reconnaissait pas.
Le Dunmer voulut se redresser, mais une douleur fulgurante dans son bras droit le stoppa net. Son bras. La dague du nécromancien. Tout gagnait en clarté à mesure qu'il émergeait.
La réalité afflua avec les souvenirs, en un torrent d'images. Blanchécaille, le tertre, le fantôme. Le nécromancien, affalé sur le sol poussiéreux dans une posture grotesquement macabre. Et le coucher de soleil sur les monts Jerall... Mais cela n'expliquait pas où il se trouvait.
Khaelor se redressa de nouveau, avec plus de précautions cette fois. Il était dans une petite chambre baignée de soleil, étendu dans un lit de bois sculpté, sous une épaisse couverture de laine. Il s'en dégagea de son bras valide. On lui avait retiré ses vêtements, et son bras gauche avait été pansé et bandé. Mais par qui ?
"Bonjour, Khaelor Harunis. Êtes-vous enfin réveillé ?"
Khaelor se retourna. Rayna Hllalec, amusée, se tenait assise sur une chaise près de lui.
"-Je... que faites-vous ici ? Ou plutôt, que fais-je ici ?
- Nous sommes à l'auberge de Pargran. Je vous ai trouvé agonisant dans la neige, aussi vous ai-je chargé sur mon cheval et transporté jusqu'ici.
- Vous m'avez... trouvé ?"
Les yeux rouges se baissèrent.
"- J'étais à votre recherche, en réalité", admit Rayna. "J'ai eu honte de ma conduite et de mon ingratitude à votre égard, et j'ai eu peur que vous vous soyez attiré des ennuis par ma faute. J'ai donc récupéré un cheval et fait demi-tour, mais je dois dire que je ne m'attendais pas à vous retrouver là où vous étiez. Vous avez eu de la chance, Khaelor. J'aurais très bien pu passer quelques mètres plus loin et ne même pas vous apercevoir...
- Je... j'étais en mission. Pour un ami.
- Oh, vraiment ?
- Quelqu'un qui a des informations sur les Dragons Rouges."
Rayna se renfrogna.
"- Prenez garde, Khaelor. Ils n'apprécieront pas qu'un Dunmer cherche à fouiller dans leurs affaires... et ils peuvent être dangereux. J'ai moi-même eu de la chance. Ils me sont tombés dessus presque par hasard, sans se douter que je les espionnais. J'aurais subi bien pire sinon... Mais ma mission n'en était pas moins compromise.
- C'est la deuxième fois que vous me parlez de votre mission, Rayna. Mais pour qui travaillez-vous donc ?
- Je... je ne devrais pas vous en parler. Même pas à vous, qui êtes de ma race. Mais j'estime, eh bien... que je vous dois bien quelque chose. Soit. Je suis mandatée par la Grande Maison Rédoran."
Khaelor ne répondit rien. Les Rédoran... Il ignorait qu'ils avaient des intérêts à Skyrim. Et pourquoi combattaient-ils les Dragons Rouges, qui tout comme eux méprisaient l'Empire ?
"- Je vous sens perplexe, Khaelor. Oui, notre Maison aurait souhaité débarrasser Morrowind de l'Empire, tout comme le Dragon Rouge voudrait le voir quitter Skyrim. Mais malgré notre adversaire commun, nous nous méfions d'eux, et à raison. Je ne devrais pas vous en dire plus sur nos motivations, mais j'en ai de toute façon déjà trop dit, et vous êtes désormais lié comme moi par le secret. Je ne sais pas pourquoi vous révéleriez quoi que ce soit à quiconque, d'ailleurs... Bref. Vous le savez, Morrowind vit des heures sombres. L'éruption du Mont Ecarlate nous a laissés désemparés. Notre Maison était déjà affaiblie, depuis l'invasion des daedras qui avait ravagé Ald'Ruhn, mais la destruction de Vvardenfell fut une catastrophe. Ces chiens d'Argoniens ont profité de notre désarroi pour attaquer, ont repoussé les armées des Drès et des Indoril et ont conquis le sud du pays. Nous avons fini par les repousser, après des années d'une guerre meurtrière, mais avons échoué à reprendre Narsis et à renvoyer définitivement chez eux ces s'wit à écailles. Et c'est là que les Nordiques interviennent... De tout temps, ils ont cherché à étendre leur domination sur la glorieuse terre de nos ancêtres, mais l'Empire, en maintenant l'ordre, parvenait à faire taire leurs velléités guerrières. Mais si le Dragon Rouge prend le pouvoir, il ne fait aucun doute que sa première cible sera son voisin le plus affaibli... c'est à dire nous. Les possessions de la Maison Rédoran sont les premières exposées à cette menace. Si nous tombons, Morrowind ne s'en relèvera pas. Voilà pourquoi j'ai été envoyée - pour surveiller leurs agissements, en attendant la décision du Conseil."

Ald'Ruhn, Vvardenfell, Narsis... Autant de noms étrangers qui n'évoquaient à Khaelor que de lointains souvenirs, des bribes interceptées des discussions de ses parents. Il sentit soudain à quel point il était loin de la terre des ancêtres. Il était Dunmer, il en était fier. Mais il ignorait presque tout de ses racines...
Morrowind était en danger, et il n'en avait rien su. Les événements avaient beau remonter à avant sa naissance, il se demandait comment il avait pu à ce point en être tenu à l'écart. Jusque là, il s'était battu pour lui, et pour l'honneur de sa famille ; désormais, il se battrait pour le Dunmereth.

"- J'ignorais beaucoup de ce que vous venez de me raconter, Rayna. Je suis né ici, de parents affiliés à la maison Hlaalu, et je dois avouer que mes connaissances sur Morrowind sont, comme je m'en rends compte aujourd'hui, plus que limitées. J'en ai honte, et je veux aujourd'hui me battre pour mon pays. J'ai vécu vingt ans dans l'illusion que Skyrim était ma terre, mais je ne comprends que maintenant à quel point je me trompais. Morrowind est ma patrie, et je veux la défendre. J'ai d'encore meilleures raisons d'en vouloir au Dragon Rouge.
- Comme vous vous emportez, jeune homme !" La jeune femme rit aux éclats. "J'apprécie votre fougue, serjo. Et bien soit ! Combattez donc pour Morrowind, c'est là la plus noble des causes pour tout Dunmer. Mais encore une fois, méfiez-vous du Dragon Rouge. Ce ne sont pas tous de simples brutes barbares, les seigneurs qui les dirigent sont plus intelligents qu'on ne pourrait s'y attendre de la part d'humains.
- Rayna, je... je voulais vous remercier. Je ne sais pas ce que je serais devenu sans vous.
- Remerciez plutôt les dieux qui vous ont placé une nouvelle fois sur mon chemin. Vous pouvez considérer que nous sommes quittes, désormais. Et une fois de plus, nos chemins se séparent.
- Pourquoi ? Nous pourrions combattre ensemble le Dragon Rouge !
- Vous êtes charmant, Khaelor", sourit la jeune femme. "Mais ma mission ici est terminée, et je retourne vers Morrowind. Je ne doute pas que nous nous croiserons de nouveau, que ce soit ici ou sur la terre de nos ancêtres."
Rayna se leva et se dirigea vers la porte.
"- Ainsi, vous partez déjà ?", demanda le jeune Dunmer avec peine.
"- Il le faut, oui. J'ai préféré attendre que vous vous réveilliez, mais maintenant que je suis certaine que vous allez bien, je ne peux plus retarder d'avantage mon retard. L'aubergiste a reçu de quoi s'occuper de vous jusqu'à votre complète guérison, et lorsque vous serez rétabli, vous trouverez de quoi vous vêtir dans ce coffre. Je vous laisse, maintenant. Et que les dieux vous gardent, Khaelor !"


Khaelor passa la soirée alité, à reprendre des forces, partagé entre le chagrin d'avoir été à nouveau séparé de Rayna et l'excitation du combat qui s'approchait. Il n'avait qu'à descendre, trouver la maison de Blanchécaille, et trouver enfin l'occasion de se battre pour Morrowind... Son sang bouillait dans ses veines, un sentiment de fierté patriotique le dévorait comme un feu brûlant. Il était un Dunmer. Il était un fils de Resdayn. Il était un guerrier, à la peau sombre et aux yeux rouges ; et ces chiens de Nordiques allaient payer pour leur infamie.

Khaelor se leva au petit matin, dès que les premiers rais de lumière percèrent la fenêtre de la chambre. Son bras gauche ne le faisait presque plus souffrir, mais il laissa le bandage en place, au cas où la plaie se rouvrirait dans un geste brusque.
Dans le coffre que lui avait désigné la jeune femme, il ne trouva pas les hardes dont il était vêtu quand elle l'avait trouvé, mais un plastron et des protections pour les bras en cuir souple, et des vêtements de bonne facture. Cadeau d'adieu de la jeune femme... Il s'en revêtit avec fierté, retrouvant l'émotion d'être décemment habillé, et surtout fin prêt pour le combat.

Khaelor quitta l'auberge, retrouvant la sensation rassurante de l'épée dwemer accrochée à sa ceinture. Il allait enfin pouvoir annoncer à l'Argonien qu'il avait réussi, que sa femme avait trouvé le repos et que le nécromancien avait été dûment châtié.
La maison de Blanchécaille n'était pas éloignée de l'auberge, Pargran n'était qu'un petit village. Khaelor toqua à la porte. Aucune réponse ne vint. Poussant la porte avec suspicion, il entra... pour trouver le corps du vieux reptile pendu à une poutre, juste en face de lui. Frappé d'incompréhension, le Dunmer s'approcha, les larmes lui montant aux yeux. L'Argonien avait été dénudé, roué de coups ; le sang, en s'écoulant, avait dessiné de longues traînées rouges sur les écailles dépigmentées, et les deux yeux jaunes étaient clos, dans des orbites bleuies. Le cadavre se balançait pitoyablement, la corde agitée d'un ultime mouvement de rotation.
D'un coup d'épée, Khaelor trancha la corde, et le corps inanimé s'effondra sur le sol comme un pantin désarticulé. Quelque chose semblait dépasser de la gueule entrouverte, coincé entre les crocs. L'elfe noir desserra la mâchoire et s'en saisit. Il s'agissait d'un morceau de parchemin froissé, encore tiède et imprégné de la salive du saurien. En essuyant ses yeux, il le déplia et le déchiffra.
"Au fort Oultaarh, demain soir, à neuf heures."
Ordures... Bâtards de chiens de Nordiques ! Les yeux brûlant de rage, Khaelor martelait le sol de ses poings. Quel imbécile il avait été... Blanchécaille avait pris le risque de le rencontrer, de lui parler. Et lui, en toute insouciance, n'avait pas pensé à venir le retrouver immédiatement...
C'était sa faute. Tout était de sa faute. Il était le seul et l'unique responsable. S'il n'avait pas attendu à l'auberge, il aurait pu sauver l'Argonien. Ces hommes du Dragon Rouge ne reculaient donc devant rien. Puisqu'il était débusqué, il marcherait donc vers eux à visage découvert, et vengerait Blanchécaille comme il avait vengé sa mère.


***


La nouvelle de la mort de l'Argonien avait rapidement fait le tour du petit village, et la foule se pressait dans la maison de Blanchécaille, dans l'attente de la décision du jarl de Pargran, qui était venu accompagné de ses hommes. Deux d'entre eux tenaient fermement Khaelor Harunis, qui n'avait pas tardé à être accusé du meurtre du saurien. Les discussions allaient bon train ; la voisine racontait à qui voulait entendre comment elle avait vu sortir un Dunmer ensanglanté de la demeure de Blanchécaille, avant de découvrir le cadavre et d'aller prévenir le jarl. Les débats concernaient surtout les possibilités de motifs du meurtre, plutôt que l'éventualité de la culpabilité de l'elfe noir - celle-ci ne faisait aucun doute aux yeux des habitants.

"Silence !"
La voix de stentor de Gray Fenrisson coupa net les discussions animées.
"Moi, Gray Fenrisson, jarl de Pargran et représentant du Haut-Roi, je déclare que l'Argonien Blanchécaille s'est pendu. L'aubergiste de la Crinière-de-Loup a confirmé que l'elfe noir Khaelor Harunis avait passé la nuit dans son auberge. Et nous savons également tous à quel point Blanchécaille avait été affecté par la perte de son épouse Meeh-Mei. Il s'est pendu, voilà ma conclusion. Si quelqu'un remet en cause ma décision, qu'il s'avance."
L'assistance demeura pétrifiée.
"Bien. Relâchez l'elfe noir, cette affaire est réglée. Quittez tous cette maison, nous brûlerons le corps de Blanchécaille comme il en est de coutume dans le Marais noir."
A contrecœur et un peu stupéfaits, les villageois quittèrent la salle, non sans jeter un dernier regard au corps étendu sur le sol, encore couvert de sang. Le jarl était un homme de confiance, et de toute façon, il ne serait venu à l'esprit de personne de contester son autorité. Mais on ne leur enlèverait pas de l'idée que quelque chose n'était pas clair dans cette histoire...
Les deux gardes desserrèrent leur étreinte, et Khaelor put s'en dégager pour s'avancer vers Gray.
"- Pourquoi concluez-vous au suicide ? Vous savez comme moi ce qui s'est passé, vous savez que ce n'est pas la vérité !
- Ca suffit, mon garçon", répondit l'imposant Nordique à voix basse. "Je t'ai sauvé la mise, car je ne supporte pas de voir un innocent condamné. Je ne connais que trop bien les commanditaires du meurtre, mais ce serait mettre en péril toute la population du village que de les affronter ouvertement. Ils ont une grande influence dans le comté. Un conseil, petit gars, file et reste pas dans les parages. Je ne peux pas te garantir qu'aucun des villageois ne cherchera à te faire la peau, pas sûr que mon beau discours les aient tous convaincu. Allez, va-t'en, et bonne chance."
Les hommes du jarl regardèrent partir Khaelor d'un oeil noir. Le chef il avait dit que c'était pas lui, mais même le chef il pouvait se tromper. Surtout qu'c'était une sale race, ces elfes noirs. Fallait toujours s'en méfier, ça oui.


Khaelor ne se serait pas attendu pas à trouver un allié en la personne du jarl. A ses yeux, toute autorité nordique ne pouvait être que corrompue, et il était soulagé de constater qu'il s'était trompé. Il avait cru voir venir sa dernière heure quand la voisine de Blanchécaille l'avait vu sortir l'épée à la main et couvert de sang... Mais une fois encore, il s'en était tiré, par la grâce d'Azura ; et il avait enfin le champs libre pour aller combattre le Dragon Rouge.



La lueur rouge de Masser éclairait sinistrement la ruine du fort, teintant d'écarlate la pierre grise, comme un théâtre sanglant. La carcasse de maçonnerie se dressait au milieu de la forêt morte, entre les arbres privés de leurs feuilles et les souches pourrissantes. Un hululement inquiétant achevait de rendre la scène lugubre. L'heure était venue...
Enfin il y était. Khaelor ignorait encore qui il allait rencontrer - de simples sbires aux moeurs grossières, ou bien l'un de ces dirigeants dont avait parlé Rayna ? Il devrait se tenir sur ses gardes, en tout cas. Les intentions de ceux qui l'avaient convoqué étaient clairement hostiles à son égard. Sans doute avaient-ils même prévu de l'attirer dans un piège.
Des torches brûlaient dans l'antique cour du fort, jetant leur lumière jaune sur les murs hors d'âge. Ils étaient bien présents au rendez-vous. Khaelor s'avança jusqu'à ce qui avait été l'entrée du bâtiment principal. La porte de bois vermoulu avait été retirée et abandonnée sur le sol, remplacée par une épaisse grille de fer. Le Dunmer tenta de l'ouvrir, en vain.
"Bonsoir, Dunmer."
Khaelor jura, se maudissant pour sa propre bêtise. Il avait bel et bien foncé tête baissée dans le plus grossier des guet-apens.
Il se retourna. Trois hommes, un richement vêtu et ses deux gardes du corps, barraient le passage par lequel il était rentré dans la cour. Une dizaine d'autres, portant des arcs, étaient postés sur les ruines des remparts. Un piège idiot, oui. Quelle stupidité de se jeter de la sorte dans la gueule du loup !
"Mes informations étaient donc correctes", reprit l'homme entouré de ses gardes en se rapprochant, refermant l'étau. "Je ne m'attendais pas vraiment à vous trouver ici. Si vous aviez eu un peu de jugeote, vous vous seriez tenu à l'écart. Mais apparemment, vous ne résistez jamais à l'envie d'aider ceux qui sont en danger."
Les yeux rouges de Khaelor flamboyèrent de haine. Cet homme se moquait ouvertement de Rayna et de Blanchécaille.
"Oh, j'ai l'impression de vous peiner, jeune homme", reprit-il d'une voix faussement affectée. "Je ne comprends pas pourquoi, d'ailleurs, il paraît que ceux de votre espèce méprisent les écailleux... Etrange comme les sous-races sont capable de se chamailler pour déterminer laquelle est la moins pitoyable.
- Croyez que je suis ravi d'avoir pu participer à votre divertissement", répondit Khaelor avec une ironie tranchante. "Je comprends mieux pourquoi les Nordiques se tiennent à l'écart de ce genre de disputes, c'est donc par peur de participer à une lutte perdue d'avance.
- Oh ho, très spirituel, jeune homme. Apparemment, ces chiens de Morrowind restent impertinents même éloignés de leur foyer. Voilà comment nous sommes récompensés de notre gracieuse hospitalité !"
Khaelor put entendre les hommes s'esclaffer sur les remparts, mais son regard restait fixé sur celui qui continuait d'avancer vers lui.
"Je n'aime pas les curieux. Je méprise cette vermine que sont les elfes noirs. Vous imaginerez donc sans peine la profondeur de l'aversion que je porte à celui qui cumule les malheurs d'être un elfe noir et d'être trop curieux. Sauver cette fille était une chose stupide, mais il était encore plus stupide, après cela, de chercher à vous renseigner sur nous. Je crois encore que le comble de votre sottise aura été de vous rendre ici ce soir. Je dois avouer que je suis déçu, oui. Je m'attendais à quelqu'un d'une autre envergure - un agent rédoran, peut-être ? Pas un mioche suffisamment abruti pour se livrer presque volontairement. Oui, vraiment, vous me décevez. Voyons du moins si vous parviendrez à me distraire. Harald ! Hurg ! Beirir ! Gromm ! Lâchez donc vos arcs, et venez montrer à ce jeune sot ce qu'il en coûte de nous défier !"
L'homme et ses gardes cessèrent d'avancer. Quatre Nordiques descendirent le mur, un sourire sinistre animant leurs faces barbues. Khaelor dégaina son épée, et se mit en garde.
"Venez donc, chiens couards, qui combattez en groupe pour dissimuler votre impuissance ! Approchez, engeance dégénérée, progéniture de catin !"
Les sourires s'éteignirent.
"Attends voir, petite vermine. On va te faire passer le goût des insultes !"

Les quatre hommes se disposèrent en cercle autour du Dunmer. Quatre brutes épaisses. Hum. Sans doute aurait-il mieux fait de ne pas les provoquer. Les Nordiques se munirent d'épais gourdins de bois et resserrèrent leur cercle.
Khaelor n'attendit pas qu'ils portent le premier coup. D'un geste vif, il s'élança vers l'homme qui lui faisait face, l'épée tendue vers l'avant. La lame dwemer s'enfonça dans le ventre mou en arrachant au Nordique un hurlement bestial de douleur. Le Dunmer n'eut pas le temps de se dégager, une formidable douleur explosa dans son dos, le clouant au sol. Crachant du sang, il siffla entre ses dents "Pourritures..."
Un second coup de gourdin s'abattit, aussi violent que le premier, et acheva de l'étaler à terre. Puis plurent les coups de pieds...
Deux dans les côtes, un dans le visage. Un autre dans le thorax, qui produisit un ignoble craquement. Encore un coup, qui le fit se retourner sur le dos. Khaelor tenta faiblement de protéger son visage de ses bras et de se rouler en boule. Les coups continuaient à tomber, dans le dos, dans la nuque, dans la jambe. Bientôt il cessa de compter, mais les coups de pied s'enchaînaient, ponctués des rires gras et des insultes des Nordiques. Un coup dans le bras gauche, rouvrant sa plaie, lui arracha un gémissement. Les Nordiques s'esclaffèrent, puis reprirent de plus belle.
"Gémis, gémis donc, c'est ce que vous faites le mieux !"
"Pourriture elfique ! Tu rigoles moins quand tu te fais caresser les côtes !"
"Bâtard de noiraud, on va l'avoir, ta peau !"
Chaque région de son corps était impitoyablement martelée. Khaelor avait l'impression qu'on broyait chacun de ses os, de ses membres, et le sang battait insupportablement dans sa tête... Mais les coups ne cessaient pas.
Le Dunmer aurait juré que cela durait depuis des heures, des jours... Comme un cycle infernal, les bottes continuaient de s'abattre, ignorant la dérisoire protection de l'armure de cuir. Tout se répétait, encore, encore, jusqu'à ce qu'il perde la notion du temps. Plus rien n'existait, rien, hormis les pieds, les voix injurieuses des Nordiques, leurs rires épais de barbares. L'univers se réduisait graduellement au cercle de ses agresseurs, puis à son propre corps. Il ne se savait vivant que parce qu'il était encore capable de souffrir, et cette ultime conviction devint vite sa seule pensée, obnubilante, dernière lueur s'apparentant à de l'espoir. Je vis. Je souffre, donc je vis. Je suis vivant. Je suis...


"C'est assez."
Les coups cessèrent, mais ce ne fut pas une délivrance. Une roue de feu continuait à tourner dans sa tête, irradiant la douleur dans chaque parcelle de son corps et de son esprit.
"Je ne veux pas qu'il meure. Pas aussi rapidement, du moins. Enfermez-le dans le fort, nous reviendrons le chercher quand il aura fini d'agoniser."

La voix résonnait faiblement, comme l'écho lointain d'une autre réalité. Les mots traversaient son esprit sans qu'il puisse les fixer ou les interpréter. Khaelor sentit des bras le soulever, puis tout devint noir.

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Jeu 12 Mai - 20:36


_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Mar 8 Nov - 10:32

Avec Skyrim qui sort, j'ai envie d'écrire la suite.
Histoire au moins de justifier comment Edril Arundys a vu le jour...

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
babyborne
Vampire Sang-timental
avatar

Messages : 499
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 28
Localisation : Dans les Catacombes de sont chateau...

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Mar 8 Nov - 18:44

T'a encore 3 jours, courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arduilanar
L'Effrayant
avatar

Messages : 8176
Date d'inscription : 20/08/2008
Age : 24
Localisation : En exil dans le Vieux Monde

Feuille de personnage
Nom: Arduilanar
Race/Faction: Asur
Détails: Seigneur de Caledor

MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   Mar 8 Nov - 19:19

Même pas deux en fait, vu que normalement je le reçois jeudi. Et puis j'ai des cours, quand même. Pas tous les jours, mais ça m'arrive.

_________________
Amarthan Locëcundion, Fils du Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Khaelor Harunis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Khaelor Harunis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Flammes de la Guerre :: Grande Bibliothèque d'Altdorf :: Autres Fic-
Sauter vers: