Les Flammes de la Guerre

C'est une époque sombre et sanglante, une époque de démons et de sorcellerie, une époque de batailles et de mort. C'est la Fin des Temps.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ancienne demeure seigneuriale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aleieus Gaevran
Saigneur Berzerk Renegade Heart
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 28
Localisation : Oeil de la Terreur

Feuille de personnage
Nom: Enrohk
Race/Faction: World Eater
Détails: Détruire la galaxie pour Khorne.

MessageSujet: Ancienne demeure seigneuriale.   Ven 20 Mar - 19:40

La clairière était lumineuse, certainement pour contraster avec la grande demeure qui gisant en ruine en son centre. De ce qui avait dû être autrefois un magnifique et gigantesque manoir, il ne restait presque plus rien. Des murs, des poutres calcinées, des tas de gravas, le tout envahi de plantes et de mousse. Mais entre quelques murs relativement entiers et des colonnes fracassées on pouvait y voir une trappe. Mais pour la trouver il fallait en connaître l'existence tant elle était cachée parmi les buissons touffus.

Ce qui mettait la puce à l'oreille était le bois dont était faite la trappe, il n'était pas vermoulu comme les restes de poutres et les débris de portes. Il était neuf et renforcé d'acier terne. Elle était également solidement ancrée dans le sol de granit qui constituait l'essentiel de la clairière. Mais trouver la trappe était insuffisant pour savoir ce quelle dissimulait. Un homme averti aurais probablement chuchoté un mot en direction de la trappe et cette dernière se serait soulevée pour qu'un homme armé d'un pistolet vienne tenir en respect l'intrus. Une fois le second mot de passe donné il est possible d'entrer.

Le réseau de galléries creusées dans le garnit en surprendrait plus d'un. En vérités cela ressemblait plus à une crypte. Après avoir traversé le labyrinthe on arrivait dans une vaste salle. Profondément enfouie sous terre, le haut plafond soutenu par des piliers grossièrement sculptés était l'endroit rêvé pour l'être qui y résidait. Cette grande salle, sommairement baptisée "Salle des colonnes" était occupée en son fond par un trône massif tout aussi brut que les murs et le sol. Le plus souvent, un homme y était assis, tout du moins une ombre. Ce personnage ne tolérait aucune lumière dans cette pièce qu'il ne quittait jamais. Entre les colonnes un observateur attentif aurait remarquer les ombres que se mouvaient en silence, ensuite il serait sans doute mort.

Mais revenons en arrière, le reste du dédale était, lui, braillement éclairé par des torches. Des hommes allaient et venaient entre les différentes grottes. Il y avait de tout les genres, clochards, brigands, assassins, hommes étranges et effrayants, encapuchonné de noir et de rouge. Des vieillards qui semblaient usés par l'étude de savoirs plus ou moins bien vu. Il y avait aussi des choses qui n'étaient pas humains ou plus vraiment, avec une peau rouge et des cornes de boucs.

Toute cette communauté vivaient en plus ou moins bonne entente et pour veiller au grain, des guerriers, en tout ils en avait l'allure. Armures de plates lourdes et solides, le visage perpétuellement caché par un casque ou une capuche de fourrures. Mais ces derniers étaient aussi rares que terrifiants. Ils se montraient excessivement brutaux et cruels n'hésitant pas à tuer le premier qui ne se comportait pas comme ils le souhaitaient. Pourtant même ces terreurs n'osait pas s'approcher de la Salle des colonnes où rodaient toutes ces ombres. Et surtout, c'était là que la Maître se trouvait en permanence.

De gré ou de force tout ce petit monde cohabitait dans les grottes et se les répartissaient en territoires, très rarement disputés, car les terrifiants guerriers avaient tendances à tuer tout le monde en cas de problème. On trouvait de tout, casernes, terrain d'entraînement, des sortes d'immondes laboratoires et tant d'autres pièce où il ne valait mieux pas s'attarder.
C'était une ville sous terre, tout ses habitants avaient jurés une loyauté sans faille au Maître et tous se tendaient vers cette volonté du Maître, la vengeance.

Mais pour le moment le Maître c'était absenté pendant longtemps, tous attendait son retour. Parce qu'ils le sentaient, il sera bientôt là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleieus Gaevran
Saigneur Berzerk Renegade Heart
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 28
Localisation : Oeil de la Terreur

Feuille de personnage
Nom: Enrohk
Race/Faction: World Eater
Détails: Détruire la galaxie pour Khorne.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Dim 22 Mar - 11:56

Clochards.

On les croise partout, ils occupent tout les coins de rues, à mendier et à observer les gens. Les ruelles sombres et malodorantes sont leurs territoires. Les gens plus aisés les ignorent totalement. Au mieux ils les méprisent, pour ainsi dire, ces crèves la faim sont invisibles pour la société.
Seulement, ils sont prêts à un peu près n'importe quoi pour un quignon de pain. Ils font également de redoutables espions et informateurs, et ils en savent généralement bien plus sur une ville que tout les politiciens qui vivent dans les beaux quartiers. Pour qui sait les manipuler ils forment une masse soumise, efficace et loyale. Quand le Maître est arrivé il c'est mit à les recruter, un peu de nourriture et un abri à suffit pour se les aliéner.
EDIT Arduilanar : si je ne me trompe, ça veut plutôt dire "s'attirer la haine de".

[Non, s'aliéner quelque chose (en l'achetant par exemple) ou quelqu'un, c'est se l'approprier, créer un "lien". Les clochards appartiennent et obéissent au Maître]


Bandits.

Ces gens sont la lie de la société, ils ont préférés vivre de rapines, de meurtres et de vols plutôt que mendier dans les rues. Contrairement aux clochards, ils sont souvent armés, ils ne reculent devant rien et savent se battre. Les plus endurcis sont totalement hors de toute idée du Bien et du Mal. Ils ne sont plus vraiment des êtres civilisés mais des animaux à visages humains, dont l'instinct de survie prévaut sur la morale.
Leur seul point commun avec les clochards est le besoin de toujours être en groupe, comme une meute de loups affamés. Pour ces rebuts, ces déchets humains le Maître c'est contenté de les convaincre avec de belles paroles. Maintenant tous poignarderaient pères et mères pour mourir au service du Maître.



Assassins.

Eux sont des gens que la société a déçu ou parfois des désaxés. Généralement ils se font assassins ou tueurs à gages parce qu'ils estiment cette activité plus lucrative. Ils sont naturellement doués pour tuer leurs prochains. Ils sont froids, méthodiques et obstinés. N'importe quels moyens sera bon pour accomplir leur mission. Ce n'est pas tellement leur talent qui constitue leur principale force mais cet amour du danger, de répandre la mort. Un bon assassin ne fera pas d'erreur et il sait se tenir pour rester indécelable, même après avoir commis le meurtre, ce qui les différencies de la plupart des bandits. Un autre de leur point fort est l'organisation, même s'ils sont solitaires par nature, travailler en coopération n'est pas exclu.
En duo ils pratiquent "le sacrifice du pion", l'un des tueurs tentera d'assassiner la cible et s'il rate, l'autre passe à l'action, au moment le plus opportun. Beaucoup de gens relâchent, à un moment ou un autre, leur attention après avoir déjoué une tentative de meurtre, surtout si elle a été orchestrée d'une main de maître. La cible s'en sentira d'autant plus en sécurité et c'est là que le second assassin frappe et supprime sa cible.
Ils sont venus d'eux même vers le Maître, le servir est pour eux un honneur et un privilège.



Mercenaires.


Déserteurs, traîtres, aventuriers ruinés, hérétiques, spadassins, tous ne se battent que pour l'or et ils ne sont fidèles qu'à leur bourse. Le Maître semble disposer d'une quantité d'or appréciable et a pu ainsi engager de nombreux mercenaire pour le servir et former de cette façon le gros de ce qui ressemble de plus en plus à une armé.



Maîtres Chiens.

Ce n'est pas tant les maîtres qui son dangereux que leurs bêtes. Ces chiens n'en son évidement pas. Il s'agit de créatures quadrupèdes avec des griffes et des mâchoires, ce sont là les seules traits communs aux canidés. Ce n'est pas non plus terribles Chiens de Khorne. Ces montres là sont en réalité des Oum'vars, sortes de monstruosité qui sont dotés d'une férocité extrême. Il possèdent flaire qui leur permet de trouver n'importe quoi n'importe où. Chaque maître tient deux Oum'vars en laisse, quant il les lâche il n'y a que la mort pour les stopper. De plus quand une des ses bêtes mordent il est rigoureusement impossible de les faire lâcher prise, même en les tuant, la technique consiste à découpé la mâchoire, ce qui n'est pas si évident de cela.
Les Oum'vars n'obéissent qu'à leur maître et aucun charme ou autre autorité ne peut les contrôler



Prêtres Rouges.

On ne sait pas grand chose d'eux. Les rumeurs disent qu'aucun être vivant ne peut voir leur visage. Ils sont toujours vêtu de façon similaire, une robe rouge zébrée de noir. Ils gardent les mains jointes dans les amples manches de leur robe, comme pour y cacher le sabre à lame empoisonnée avec lequel ils massacrent ceux qu'on leurs désignent.
Il n'est même pas certain qu'il s'agisse d'humain, jamais ils ne parlent ni n'émettent le moindre son. Ils se déplacent en groupe de huit, jamais plus, jamais moins. Rien ne compte davantage pour eux que d'abattre la cible et rien ne les en écartera.
Ils sont agiles et de fines lames. La discrétion n'est pas vraiment un atout. Ils s'appuient sur leur maîtrise du sabre et les lames empoisonnées. Quand la proie est repérée, ils l'encerclent et la massacre sur place. En outre ils sont incroyablement difficiles à tuer, on dit d'eux, que même une épée en travers du corps ils continueront de vouloir vous tuer.
Qui plus est, ils font de merveilleux gardiens pour tout type de secret. Les Prêtres Rouges sont insensibles à la torture et sonder leur esprit n'a jamais laissé intact celui qui le fait.
Le poison qu'ils utilisent reste un mystère, des générations d'apothicaires et d'herboristes ont tentés d'en percer le secret mais en vain. Ce poison agit dans un laps de temps de une à deux minutes et il n'existe aucun remède connu. Seul les guérisseurs Elfes les plus érudits sont en mesure de limiter les dégâts causés par le poison.
Mais la principale particularité des Prêtres est cette façon de traiter leurs victimes. Des témoins ont jurés sur Sigmar que les Prêtres, fredonnent ce qui ressemble à une prière pour les morts, afin qu'ils reposent en paix.



Guerriers du Chaos.

Avant de devenir le Maître, Aleieus dirigeait sa propre armé, mais il subit une défaite et il perdit, en plus de ses hommes, la mémoire. Mais tous n'était pas morts, certains avaient simplement attendus le retour d'Aleieus. Une fois ce dernier revenu, les Guerriers étaient allés vers lui. Ils ne sont guère nombreux et constituent une garde d'élite.



Sirènes.

Ces créatures sont connues dans de nombreuses légendes et pourtant seul les Dévoreuses demeurent les plus redoutables. Elle possèdent non seulement le don de revêtir d'un peu près n'importe quel être vivant mais aussi des dons psychiques. Une Dévoreuse sonde de manière invisible et en moins d'une seconde l'esprit de sa proie. De cette façon elle sait absolument tout de la victime, ce qui lui permet de se changer en une personne très chère, une personne envers qui la victime ne fera rien qui lui nuirait. Cette faculté peut s'étendre à autant de personne que nécessaire. Tout le monde sera intimement persuader de voir l'être le plus précieux. Une fois envoûté la Dévoreuse s'approche et d'un simple contact, aspire l'âme de sa proie, la transformant en un paquet de chair aussi réactif qu'un caillou.
Les Dévoreuses sont facile à tuer, elles ne résistent pas au dégât d'une simple épée. Il reste juste à savoir si c'est vraiment une sirène, ou pas...
Il faut savoir que même morte uns Sirène reste "envoûtante", cette faculté est sans doute la plus étonnante. Les rumeurs disent que celui qui a tuer une Dévoreuse deviendra immunisé à leur effet et connaître leurs vrais visages.



Ombres.

Ces tueurs ab humains complètement psychotiques, n'ont rien à envier aux redoutables tueurs Elfes noirs. Les Ombres sont des choses terrifiantes totalement dénuées d'intérêt pour tout être vivant. De plus elles sont en permanence soumises aux radiations de Malpierres. Ces créatures ne sont animées que par la haine de la vie, elles veulent l'éteindre, la souffler comme une bougie.
Les Ombres sont les assassins les plus parfaites qui soit. Invisibles et plus silencieuses qu'un nuage. Il est dit que même le Maître n'arrive pas toujours à les voir. Toujours seule, elles ne se déplacent que dans l'obscurité et sont des choses mortelles de nuit. Elles ne s'aventurent jamais au soleil car une Ombre ne peut y exister.
On ne demande pas pitié à une Ombre car elle n'en a pas. Un esprit humain ne peu pas les appréhender parce qu'une Ombre n'est pas humaine, pas entièrement en tout cas. Les renseignements sur les Ombres sont très limités et même leur existence est mise en doute. Mais comment savoir si l'ombre projetée par votre bougie ne vas pas soudainement vous tuer ?
On ignore tout des Ombres, que ce soit la façon dont elles tuent ou comment les tuer.


Dernière édition par Aleieus Gaevran le Sam 4 Avr - 18:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frère Hoffenheim
Le Templier Noir
avatar

Messages : 1015
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 26
Localisation : Errant dans les Désoltations, cherchant un adversaire de valeur.

Feuille de personnage
Nom: Alrich von Hoffenheim
Race/Faction: Vampire.
Détails: Chasseur de vampires.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Sam 28 Mar - 0:43

Une pleine heure lui fut nécéssaire pour ressortir a l'air libre, en dehors de la ville, complètement invisible a des yeux qui se seraient trouvés sur les remparts.
Le tunnel débouchait en pleine forêt, surement au Sud de Marienburg. L'odeur était toujours présente. Elle flottait dans l'air, imperceptible pour un simple humain, mais reconnaissable entre mille autres pour Alrich von Hoffenheim. Une odeur qu'il avait traqué presque toute sa vie. Une odeur qui lui rapellait ce qu'il était...ce qu'il était...Il n'avait pas bu suffisament du sang de cet humain !

Se faufillant furtivement a travers les taillis et les buissons environnants, il se focalisa sur une autre odeur, et bientot, il repéra une proie. Un jeune chevreil. Dont la dernière vision vu celle d'une ombre bondissante, le visage cisaillé par une envie dévorante.
Son besoin satisfait, Alrich revint a l'endroit où il avait flairé pour la dernière fois l'odeur. Il était passé par ici seulement quelques dixaines de minutes plus tot. Il répérait des traces de passage tout au long de sa poursuite. Il aurait même juré qu'il l'attendait, puisque d'après lui, il le rattrapait.

Le vampire déboucha alors sur un clairière. Une clairière occupée en grande partie par les ruine d'une maison totalement dévastée, éffondrée sur elle même, comme si elle avait été attirée a terre.
Et il était là. Le barbare déambulait entre les poutre noires et les éboulis de la maconnerie, visiblement a la recherche de quelque chose. Il ne l'avait pas repéré. Ou du moins, si c'était le cas, il n'en laissait rien paraitre. Lorsque le fuyard se pencha, Alrich cru qu'il avait été atteint par un quelconque projectile, mais il lui fallut a peine une seconde pour se rendre compte que l'idée était risible. Non, il rammassait un objet. Non plus. Il ouvrait une trappe, ou du moins, une trappe s'ouvrait a lui. L'extremité du canon d'une arme a feu émmergea de l'ouverture, et le murmure qui sortit des lèvres du barbare fut porté par la brise naissante jusqu'aux oreilles d'Alrich. Le mot de passe, se rendit-il compte après que le canon eut disparu, précédant l'autre vampire.

Il s'élanca alors vers la trappe puis patienta, debout juste devant elle. Cinq minutes s'écoulèrent avant qu'il n'esquissa un mouvement en direction du bois devant ses pieds. Il frappa quelques coups. Plusieurs secondes passèrent avant que la trappe ne s'ouvrit a nouveau pour dévoiler le même postolet qui se pointa droit sur son visage. Répétant le mot qu'il avait entendu, le vampire placa ses mains bien visible devant lui. L'homme qui le tenait en joue avait déjà passé ses yeux sur la poignée de l'épée qui pendait a la hanche d'Alrich. Puis il se recula, laissant passer l'individu qu'il jugeait louche par le petite ouverture. Une fois a l'interieur, l'homme fit un signe a deux hommes en armes vraisemblablement laissés spécialement là afin de venir encadrer Alrich.

"- Je ne te connais pas étranger, d'où viens-tu, et que veux-tu ? lui demanda l'homme qui lui avait ouvert, et qui tenait encore son pistolet a la main.
- Je ne pense pas que ma provenance t'informe de mes intentions, mais si tel est le cas, je ne te le dirais tout de même pas. Et donc, pour mes raisons d'être venu ici, c'est que j'aimerais, non, je veux parler a ton maître.
-Voyez-vous ca ? Et tu crois que tu peux demander a le voir comme s'il n'était qu'un vulgaire quidam de l'Empire ? le rembarra l'autre.
-Eh bien, oui, je le crois, en effet...rétorqua le vampire en dévoilant ses canines luisantes dans la pénombre du repaire.
-Oh, bordel, je veux dire...merde, je vais voir ce que je peux faire pour toi, en attendant, heu...ne t'avise pas de bouger d'ici, ou tu le regretterras !"

Laissant son interlocuteur s'en aller d'un pas hésitant, Alrich promena son regard sur les murs, ses deux chiens de garde l'encadrant, visiblement mal a l'aise.

_________________
Verkünden wir den Untergang, Verkünden wir den jüngsten Tag!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleieus Gaevran
Saigneur Berzerk Renegade Heart
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 28
Localisation : Oeil de la Terreur

Feuille de personnage
Nom: Enrohk
Race/Faction: World Eater
Détails: Détruire la galaxie pour Khorne.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Sam 28 Mar - 11:13

Rylek courait à travers les couloirs encombrés de toute sorte de gens et personnages étranges, il faillit même percuter de plein fouet un groupe de Prêtres Rouges. Si un vampire voulait voir le Maître c'est que c'était important, il fallait qu'il en informe Gundâr sur le champ. Rylek finit par arriver là où se trouvait normalement Gundâr et il hésita à entrer. Il n'osait pas le déranger, et si ce vampire n'était rien ? Gundâr lui ferait payer très cher son déplacement, au pire il pouvait aller voir le vampire et lui dire que le Maître ne voulait pas le voir, mais il se rappela que ce genre de créature était difficile à berner, donc le tuer restait encore la meilleur solution. Mais tuer un vampire... Rylek pria et avança.

- Seigneur Gundâr ? demanda t-il craintivement.
- Trois secondes, c'est tout le temps que je te laisse avant de te tuer, répondit une voix dans les ténèbres.
- Il y a un vampire à l'entrée, il veut voir le Maître.
- Un vampire ? Voyez-vous ça, et bien ne faisons pas attendre notre ami plus longtemps, plaisanta Gundâr d'un ton mauvais qui ne présageait rien de bon.

Rylek tremblait de tout ses membres sur le chemin du retour mais au moins les couloirs étaient dégagés, très peu de monde n'osait rester sur le chemin de Gundâr, capitaine des Guerriers du Chaos, et là il était accompagné par une demie douzaine des siens. Afin ils arrivèrent devant le vampire qui patientait comme s'il était dans le salon privé de son meilleur ami.

- Alors petite merde, tu veux parler au Maître ?
- Oui.
- Je crois que tu ne piges pas, sois tu me dis ce que tu lui veux et peut être que tu vivras un peu plus. Ou alors je te massacre et j'offre ta putain de sale tête à Khorne, tout vampire que tu es !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frère Hoffenheim
Le Templier Noir
avatar

Messages : 1015
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 26
Localisation : Errant dans les Désoltations, cherchant un adversaire de valeur.

Feuille de personnage
Nom: Alrich von Hoffenheim
Race/Faction: Vampire.
Détails: Chasseur de vampires.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Dim 12 Avr - 12:09

Provoquer un guerrier du Chaos n'est sans doute pas la meilleur chose a faire, surtout là dedans. Ca semble remplis de ces hérétiques.

L'idée lui avait vaguement éfleuré l'esprit, mais en y réfléchissant deux secondes, un combat n'arrangerait en rien son affaire. Une ombre passa sur son visage. Le grand Guerrier qui lui avait parlé était visiblement trop occupé a attendre sa réponse pour remarquer cela. Après tout, il pouvait lui en dire un peu, juste de quoi l'apaiser, afin qu'il le mène a son maître. Alrich n'y voyait aucun inconvénient. Mieux valait être en bons termes avec ce barbare là.

"- Si tu y tiens. Je suis venu, comme je l'ai dis a ce petit homme, pour voir ton seigneur. Alrich accompagna le geste a la parole en désignant l'homme a qui il avait parlé quelques minutes auparavant, et qui sembla se recroqueviller sur lui même devant le regard accusateur et le doigt pointé sur lui. Je crois que ton maître ne sera pas mécontent de m'entendre, ni de me voir, a vrai dire. Je veux lui proposer un...eh bien, un "marché", faute d'un meilleur terme. Maintenant, il ne tient qu'a toi de m'accorder ta confiance, et de me mener a lui. Dans le cas contraire, je trouverais bien un autre moyen d'y parvenir", ajouta le vampire d'un ton plus dur qu'il ne le souhaitait, tout en promenant son regard autour de lui.

Quand il eut fini de parler, il fixa le Guerrier droit dans les yeux, d'un regard flamboyant, à faire bruler un humain ordinaire.

_________________
Verkünden wir den Untergang, Verkünden wir den jüngsten Tag!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleieus Gaevran
Saigneur Berzerk Renegade Heart
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 28
Localisation : Oeil de la Terreur

Feuille de personnage
Nom: Enrohk
Race/Faction: World Eater
Détails: Détruire la galaxie pour Khorne.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Ven 17 Avr - 20:42

Gundâr regarda le vampire qui lui faisait face et qui ne le craignait visiblement pas. Le Guerrier du Chaos appréciait ce courage, ça faisait des adversaire de valeur. Mais il avait une haine terrible pour tout être vivant sur ce monde et l'envie le tenaillait que de détruire cet insignifiante créature. Cependant le vampire prétendait avoir un "marché" à proposer pour le Maître et ce dernier aimerait sûrement au moins m'entendre. Gundâr ce demanda si le Maître le laisserait tuer le vampire si le marché ne lui plaisait pas.
Gundâr réfléchit, la dernier fois qu'on avait dérangé le Maître des hurlements avaient été audibles dans tout le réseau de galeries, et ça avait duré. Finalement il haussa les épaules, du moment qu'on versait son sang pour Khorne, le reste lui était égale.

- Suis moi, vampire.

Alrich lui emboîta le pas, sans prévenir, un bandeau lui voila la vue. Le vampire ne s'en formalisa pas, il trouvait même qu'ils avaient mis trop de temps avant de ce décider à lui bander les yeux. Il marcha longtemps, quantité de gens le bousculaient, Alrich en déduit que les passages devaient être étroits et fréquentés. Il écoutait attentivement, des sons lui assaillait les oreilles de toute part. Certains n'étaient que de futiles discussion, d'autres étaient des horreurs sans nom égrenées par des voix toute aussi terribles. L'odeur de fumé, de sueur, de sang et de mort ne le dérangeait pas cette il y avait une fragrance familière et très désagréable qui le prenait à la gorge, il n'aimait pas cette odeur, à vrai dire il la haïssait, sans même savoir ce que c'était.

Puis on s'arrêta de marcher et le bandeau lui fut retiré. Alrich observa les alentours avec intérêt. Il se trouvait à l'entré d'une vaste salle où se dressait quantité de piliers plus ou moins ouvragés, le tout était plongée dans une épaisse noirceur que même ses sens ne parvenaient pas à percer totalement. Il distinguait des ombres, plus sombres encore que le reste et instinctivement il en détourna le regard et les chassa de son esprit. Malgré les ténèbres il arrivait à voir le fond de la salle, sur un trône de pierre, une forme humaine se tenait avachie, comme endormie ou en proie à une grande faiblesse. La voix de Gundâr s'éleva, forte et pleine d'assurance.

- Maître, voici le vampire Alrich, il prétend avoir un marché à vous proposer.

Des rires moqueurs résonnèrent et se répercutèrent de façon désagréable entre les piliers. Des murmures s'élevèrent, des choses tenaient conseil dans le noir. L'ouï aiguisé d'Alrich perçu des fragments de discussions sans qu'il ne voit la plus infime trace d'être vivants, les voix auraient tout bonnement pus appartenir aux piliers.

- ... tuons le tout de suite, il n'est pas notre ami... gronda une voix mauvaise comme la peste.
- ... oui...
- ... en pâture au chiens...
- ... il pourrait nous servir... susurra une autre voix.
- ... bah qu'il vive, il ne peut pas nous faire de mal... caqueta quelque chose qui se tenait au fond de la salle à proximité du trône où siégeait le forme inanimé.
- ... non, non ! Je le veux mort, son sang me donne faim... le ton était glaciale.
- ... silence, il doit vivre, il fera un bon élément, le Maître en voudrait sûrement...
- ... je veux sa mort... s'entêta la voix précédente.
- ... c'est un vampire... glissa une autre, provoquant l'hilarité de l'assemblée cette cacophonie était atroce et insupportable, même Gundâr frissonna.
- ... très bien, concéda la voix qui désirait si ardemment la mort d'Alrich, je peux le tolérer.
- ... c'est donc décidé, chuchota une voix de plus, il peut s'adresser au Maître...
- ... il s'approche trop près, ou se montre menaçant... je le dépèce sur place ... grogna une voix terriblement proche de l'entré.

Un silence de mort s'abattit et Alrich jugea qu'il pouvait avancer, il se retourna tout de même, mais son escorte avait disparut, le laissant seul. Le vampire progressait lentement, prudent comme un chat dans un chenil. De plus, il était certain de voir "des gens" juste en périphérie de son champ de vision, il avait beau se retourner, il n'y avait rien, en revanche cela amusait beaucoup les voix qui hurlaient de rire à son passage. Un courant d'air lui indiqua que l'on venait de le frôler, Alrich porta la main à son arme et derechef la tempête de rire s'intensifia. Au aguets Alrich détecta un mouvement, juste devant, il était certain d'avoir vu quelque chose se déplacer de pilier en piler à une vitesse qui défier l'imagination. Le vampire était au beau milieu de la salle quand les ténèbres s'épaissirent brusquement et l'air s'alourdit de menace, les rires se turent sans prévenir. Alrich, méfiant, accéléra l'allure, il ne désirait pas affronter ce qui hantait ces lieux, il ne savait même à quoi il avait à faire. Il arriva devant le trône sans encombre et il lui sembla que les voix ne bougeaient et écoutaient très attentivement.

Le forme, ne remua pas, Alrich toussota, mais il n'y eut aucune réaction et pas plus quant il prononça le nom d'Aleieus Gaevran. Le vampire patienta dix bonnes minutes, d'ailleurs les voix elles-mêmes commencèrent à interpeller la forme étalée et envelopper dans sa large cape. Puis la cape bougea, lentement et pas beaucoup. Aleieus, se redressa à gestes précautionneux et Alrich trouva cela plus étrange qu'inquiétant.

- Tu es Alrich, n'es-ce pas ? demanda la voix qui appartenait indubitablement à Aleieus.
- Oui, mais que vous arrives t'il ? On dirait...
- Je l'ignore moi même, tout comme mes savants... mais regarde, admire ce qu'Albericus, ce maudit chien a fait de moi.

Les voix avaient proférées mille malédiction à la mention d'Albericus. Aleieus retira sa cape et Alrich fut frappé de stupeur. D'Aleieus il ne restait pas grand chose. Ses muscles avaient disparus, la peau pendait lamentablement sur son corps flasque. Rien que lever le bras semblait lui demander des efforts surhumains. Seul le regard demeurait inchangé, plein de vie remplie de haine.

- Ce... mal m'a abattu en quelques heures, depuis je suis plus faible qu'un chaton, Aleieus se tapota la tête, mais mon esprit s'en est vu d'autant renforcé, je maîtrise mon petit don à merveille, un sourire éclaira son visage. Passons, que me veux-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frère Hoffenheim
Le Templier Noir
avatar

Messages : 1015
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 26
Localisation : Errant dans les Désoltations, cherchant un adversaire de valeur.

Feuille de personnage
Nom: Alrich von Hoffenheim
Race/Faction: Vampire.
Détails: Chasseur de vampires.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Ven 24 Avr - 1:07

Ce...cette épave, cette loque semie-hummaine était vraiment le barbare vampirique Aleieus Gaevran !? Alrich eut d'abord du mal a le croire. Il dut cependant admettre la vérité, au vu de ses traits, de sa voix, et, plus que tout, à son odeur familière.
Les voix qui l'avaient harcelé sur les quelques dizaines de mètres qui séparaient l'entrée de la salle -la salle du trône, pensa-t-il- du trône lui même s'étaient tues, peut être par peur d'interrompre une conversation que tenait leur maître.
La nature de ces susurrements était demeurée inconnue d'Alrich. A l'odeur qui régnait dans la vaste salle, il pouvait deviner une partie de ce qui faisait ces ombres flottantes, capables de se mouvoir et de se rendre invisibles dans les ombres naturelles des piliers qui quadrillaient l'espace. Jamais plus il ne pourrait se tromper à cette odeur, elle motivait ses envies, et même sa vocation. Néanmoins, ces choses n'était pas entièrement telles qu'il le pensait. Il décela une autre odeur, moins subtile, plus répugnante, et tellement présente ! Mais...pourquoi ici...se superposant à l'autre odeur, se calquant dessus, pour ne faire plus qu'une....
Ce relent maléfique était plutôt rare sur les territoires de l'Empire. Alrich décida de chasser les ombres parlantes de sa tête et se concentra sur l'affaire qui l'avait ammené ici.

Choisissant délicatement ses mots, il répondit a celui qui lui faisait front.

- Je...commença-t-il, hésitant. Je suis venu t'offrir mes services. Cela lui en coutait de s'exposer ainsi a nu dans une pièce bondée d'individus qu'il ne pouvait pas encore qualifier d'alliés, et qu'il ne pourrait certainement jamais, même s'il réussissait son entreprise. Mon sens aiguë du discernement me porte a croire que voudrais arracher le coeur palpitant de cet Asur a l'instant même, si cela était possible, bien sur. Vu ton état, il me semble que tu n'es pas vraiment en mesure de refuser mon aide, mais si c'était le cas, sache que je te serais un allié dans cette tâche.

Alrich devait faire attention a peser ses mots, a n'en employer aucun qui auraient pu offenser les maitre des lieux. Son experience et ses dons parlaient pour lui. Il reprit:

- Lorsque tu es partit de la maison de Marienburg, j'ai percu des bribes de conversation a rez-de-chaussé, lorsque j'étais en route pour te libérer.
Il apparait que notre ennemi commun s'est acoquiné avec un répurgateur quelque peu...excentrique, dirais-je, et que tout deux étaient partis a la rencontre d'un ami de l'humain. Je ne sous estime pas, bien entendu, le vampire, mais l'humain transpirait la folie, elle émanait de lui comme une exhalaison fétide. Quant a leur ami, celui qu'ils sont partis chercher, je n'ai aucune information digne de ce nom a te fournir. Voilà tout ce que j'ai a te dire, et crois bien que je t'ai dévoilé tout ce que je sais. Maintenant, c'est a toi de me dire si, oui ou non, tu acceptes mon aide.

Terminant son récit, Alrich resta planté dignement face a Aleieus, attendant le verdict de son hôte.

_________________
Verkünden wir den Untergang, Verkünden wir den jüngsten Tag!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleieus Gaevran
Saigneur Berzerk Renegade Heart
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 28
Localisation : Oeil de la Terreur

Feuille de personnage
Nom: Enrohk
Race/Faction: World Eater
Détails: Détruire la galaxie pour Khorne.

MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   Ven 24 Avr - 1:34

- Mon corps est faible, je le sais ! Je ne suis pas un demeuré. J'ai horreur de tout ces chemins détournés, c'est une perte de temps. Il aurait été plus simple de me dire que tu veux m'offrir tes services afin de tuer ce vampire et ses amis. Soit, je ne veux pas connaître des motivation, je le sens bien, ce n'est pas par altruisme que tu veux m'aider. À nous deux il est certain que nos chances s'en trouverons grandies.

J'accepte ton aide, mais je serai loyal. Tu feras une grosses erreur si tu venais à me considérer comme un ami, et je te conseil vivement de ne plus venir ici quand "il" sera mort. Pour l'heure, tu es... des notres, prend cette amulettes, ça pourrait éviter, disons... des accidents et elle te permettra de commander mes hommes et d'aller et venir jusqu'à mon trône en toute quiétude, normalement.

À mesure qu'Aleieus parlait, sa voix faiblissait, tant et si bien que Alrich béni ses sens aiguisés.

- Un conseil, vampire, gagne sa confiance, il te prend pour un ami je crois et rend moi un service, dis lui que je suis mort.

Aleieus éclata d'un rire mauvais, puis il sombra de nouveau dans sa léthargie, sans quitter du regard Alrich.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ancienne demeure seigneuriale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ancienne demeure seigneuriale.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seigneurie issue de mérite de Upaix (Laragne-Montéglin)
» [Duché] Château-la-Vallière / Castel-en-Anjou
» Charte de la Justice Seigneuriale en Lyonnais-Dauphiné
» Lyonesse dernière demeure du roi arthur.
» Asgard : demeure des dieux vikings... Et des écureuils ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Flammes de la Guerre :: La Grande Aventure :: Mythes du passé :: Les Flammes de la Guerre-
Sauter vers: