Les Flammes de la Guerre

C'est une époque sombre et sanglante, une époque de démons et de sorcellerie, une époque de batailles et de mort. C'est la Fin des Temps.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ecuries de Marienburg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bedivere
Chevalier sapeur et sang rapproche
avatar

Messages : 740
Date d'inscription : 16/02/2009
Localisation : A Marienburg pour l'instant...

MessageSujet: Ecuries de Marienburg   Mar 24 Mar - 21:17

Les palefreniers avaient depuis longtemps fermé les écuries et la nuit tomberait d'ici une heure ou deux. Bedivere frappa à la porte d'une enseigne. Le gérant mis du temps à lui ouvrir mais en aperçevant le chevalier il sut qu'il tenait là une occasion de faire de bonnes affaires.
"Entrez entrez je vous en prie. Vous cherchez à changer les fers de votre cheval?
-Non... je cherche un destrier digne de ce nom
-Oh et bien vous êtes tombé chez la mauvaise personne désolé je n'ais plus de chevaux disponibles essayez voir avec mon voisin il a des chevaux dignes de ce nom
-Si vous en avez je les ais vu pourquoi ne voulez-vous pas me vendre un de ces bêtes?
-Et bien c'est que ce sont des canassons exceptionnels voyez-vous, l'homme ricana, et vous semblez en bien mauvais état pour vous payer une de ces merveilles..."

Le chevalier sortit de sa poche une bourse remplie d'or, Maldred lui avait au moins laissé son or les morts n'en sont pas très friands...
"Oh intéressant vous avez presque de quoi acheter un poney se moqua le vieil homme
-Ne rigolez pas avec moi, je connais le prix d'un destrier de bataille
-C'est que mon bon chevalier la Bretonnie possède plus de chevaux voyez-vous la loi du marché ils sont donc moins cher qu'..."
Le marchand n'avait pas vu l'épée venir et elle était beaucoup plus impressionante à ce moment, la pointe placée contre son cou.
"Je veux le cheval blanc que j'ai vu déjà harnaché pour le combat à l'entrée
-Non il n'est pas à vendre c'est mon plus beau canasson vous ne pouvez pas je préfère mourrir!
-Une deuxième bourse d'or vous rendrez moins suicidaire? C'est cela ou bien je vous occis sur le champ afin de prendre un destrier
-Je..., la pression de l'épée se fit plus forte. Très bien... Vous les Bretonniens n'êtes pas ce qu'on peut appeler des diplomates...
-De plus je dormirais dans les écuries cette nuit auprès de mon futur compagnon histoire de me familiariser avec lui veillez à ce que l'on ne me dérange pas.

Sans attendre de réponse Bedivere se dirigea vers les écuries et entra dans le box du destrier blanc. Il était tout bonnement magnifique, peut être même plus que Laydok paix à son âme.
Un peu nerveux mais le chevalier savait y faire. Il déganta sa main, lui donna une carotte et lui flatta l'encolure. La tradition Bretonnienne voulait que son second destrier soit nommé en l'hommage du premier décédé.
"Lok sera ton nom, en l'honneur de Laydok mort bravement au combat prononça solennellement le nouveau maître de l'étalon.
Sur ce, épuisé, le Bretonnien s'aménagea un tas de paille, retira son armure et s'assoupit aux côtés de son nouveau compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bedivere
Chevalier sapeur et sang rapproche
avatar

Messages : 740
Date d'inscription : 16/02/2009
Localisation : A Marienburg pour l'instant...

MessageSujet: Re: Ecuries de Marienburg   Mer 25 Mar - 11:37

Déjà onze heures que Bedivere s'était couché, cela faisait depuis très longtemps qu'il n'avait pas autant dormi. Lok était toujours à ses côtés et semblait éveillé. Le chevalier se lava brièvement avec de l'eau de pluie contenue dans un bac.
Le vieil homme l'épiait de derrière ses fenêtres et le rideau censé le dissimuler bougeait de temps à autre.
Le Bretonnien salua la fenêtre et remarqua avec amusement que le rideau s'arrêta de flotter.
Bedivere rassembla ses affaires, sella son nouveau destrier et partit vers les quartiers marchands de cette ville en quête d'une forge. Son armure était mal en point et il devait faire affûter son épée. Toute la nuit il s'était attendu à se faire attaquer et espérait que Lok l'aurait réveillé. Les bêtes étaient d'après ce qu'il savait effrayées par les vampires et un Bretonnien devait mettre pied à terre avant d'affronter un de ces monstres.
Le chevalier ne connaissait pas de moyen de se protéger contre des vampires et doutait de pouvoir réussir cet exploit que si peu de Bretonniens avaient accompli. Les légendes parlaient de croix, de pieux mais aussi de gousses d'ail et d'eau bénite qui permettaient aux braves d'affaiblir le vampire avant de l'occire.
Le meilleur moyen de se protéger pour l'instant était de les éviter ou de ne pas s'attirer leurs foudres.

L'agitation autour de Bedivere l'intrigua, des gardes couraient dans tous les sens et semblaient se diriger vers le mur d'enceinte.
Quelques Skavens lancent une nouvelle attaque et toute la garde est effrayée... Cette ville n'a survécu au temps que de par sa situation géographique protégée, pensa le Bretonnien, peut être le Roy pourrait-il s'accaparer de ces terres mais je ne suis pas venu pour cela...
"Allez Lok en route vers les commerces" Et le cheval répondit docilement à son nouveau maître lorsque celui-ci tira avec douceur mais fermeté sur la bride du destrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleieus Gaevran
Saigneur Berzerk Renegade Heart
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 22/11/2008
Age : 27
Localisation : Oeil de la Terreur

Feuille de personnage
Nom: Enrohk
Race/Faction: World Eater
Détails: Détruire la galaxie pour Khorne.

MessageSujet: Re: Ecuries de Marienburg   Mer 25 Mar - 19:01

Loken, clochard de son état, suivait l'homme en armure depuis qu'il avait quitté la cible. Il était facile à suivre et peu méfiant aussi Loken sortit discrètement son poignard préféré, celui avec le manche d'os et fit couler quelques gouttes d'une fiole sur la lame. Ensuite il se coula entre les passants pour atteindre le dos du chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bedivere
Chevalier sapeur et sang rapproche
avatar

Messages : 740
Date d'inscription : 16/02/2009
Localisation : A Marienburg pour l'instant...

MessageSujet: Re: Ecuries de Marienburg   Mer 25 Mar - 20:52

Cette foule apeurée mettait un temps fou à s'écarter devant lui et cela énervait Bedivere au plus haut point. Il héla de nouveau la foule "Poussez-vous!"
Soudain, Lok se mit à renâcler fortement et acceléra renversant au passage quelques personnes qui semblaient intentionnellement le ralentir, encore des clochard.
Le chevalier se douta que quelque chose effrayait son cheval et c'est alors qu'il vit un homme derrière lui, capuche sur la tête. Il avait disparu alors que le Bretonnien ne l'avait pas quitté des yeux c'était impossible! Son destrier ne lui permit pas de s'attarder plus longtemps et il se redressa sur sa selle.
La population l'empêcherait de se défendre et il craignait une nouvelle tentative d'atteinte à sa vie. Il permit donc à Lok d'augmenter encore sa cadence et se dirigea vers les quartiers marchands.
Je serais plus en sécurité pied à terre dans une forge, si tant est que son propriétaire ne veule pas me tuer pensa Bedivere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecuries de Marienburg   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecuries de Marienburg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous les Egouts de Marienburg
» nains au marché de marienburg
» Peinture Marienburg
» La menace Noire...
» Fluff crédible ou pas?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Flammes de la Guerre :: La Grande Aventure :: Mythes du passé :: Les Flammes de la Guerre-
Sauter vers: